Afrique de l'Est: Tigré - Un massacre commis par des soldats érythréens à Goda

Aide humanitaire au Tigré, en Ethiopie

En Éthiopie, le conflit du Tigré continue. Notre envoyé spécial a pu documenter un massacre perpétré par les Érythréens, qui, dans ce conflit, se battent aux côtés de l'armée fédérale éthiopienne.

Le Tigré, cette région du nord de l'Éthiopie est en proie aux violences depuis début novembre. Des affrontements meurtriers ont lieu entre d'un côté l'ancien pouvoir du TPLF et de l'autre l'armée fédérale éthiopienne, aidée par des soldats érythréens. Ces derniers sont soupçonnés de multiples exactions contre les civils. A Goda, les soldats ont enlevés des habitants des hameaux entourant l'usine de fabrication de bouteilles de verre de Goda. Ils les ont exécutés sur le site de l'entreprise.

Les habitants fondent en larmes en voyant les tombes de leurs proches enterrés dans l'usine. 19 personnes sont inhumées. Les familles accusent les Érythréens de les avoir exécutés début décembre. Hagos, 66 ans, a perdu ses trois fils.

Les soldats ont pillé ma maison, pris mes enfants avant de les abattre ici. Ils m'ont interdit de les enterrer pendant deux semaines. Nous les avons inhumés sur place car les corps étaient trop abimés. Ils avaient la vie devant eux. Je ne pardonnerai jamais. Je ne regarde même plus en direction de l'Érythrée.

Les familles viennent se recueillir chaque jour sur ces tombes. Kahsa est presque aveugle, mais elle regarde l'endroit où sont enterrés deux de ses enfants, son frère et son neveu. Sa voix s'étrangle.

Ils les ont frappés et les ont emmenés. Mes enfants étaient tout pour moi. J'ai le cœur brisé. On voit encore souvent les Érythréens passer. Chaque fois ça nous terrorise. Je ne sais pas si on pourra revivre normalement.

Des morceaux de taule se tordent dans le vent. L'usine a été entièrement pillée et détruite par les Érythréens. Gebrehiwot est l'un des gardiens.

Les soldats ont chargé tout ce qu'ils pouvaient sur des camions. Aujourd'hui, l'usine est détruite. On avait plus de 300 employés. Cette attaque a mis l'économie à terre et brisé nos familles.

Les habitants ne s'attendent pas trop à obtenir un jour justice. Certains espèrent néanmoins que ce crime soit connu et que le site soit transformé un jour, en mémorial.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X