Seychelles: Le pays accentue la lutte contre le trafic de drogue en mer

Les Seychelles ne ralentissent pas, leurs efforts dans la lutte contre l'arrivée de drogues illicites par voie maritime, a déclaré mercredi le ministre pour la Pêche, tout en faisant le point sur trois incidents survenus au cours des trois dernières semaines.

Jean-François Ferrari a déclaré lors d'une conférence de presse que les Seychelles étaient félicitées et soutenues par la communauté internationale à tous les niveaux et qu'elles étaient considérées comme un pays faisant un travail sérieux dans la lutte contre le trafic de drogue.

"Cela signifie que nous espérons obtenir plus d'aide en termes d'assistance pour continuer à faire ce travail. Même si l'infraction n'est pas commise aux Seychelles, nous interviendrons car nous ne vivons pas dans un monde isolé. Nous sommes tous connectés et si nous ne travaillons pas dans le cadre de la coopération, nous ne serons pas en mesure de nous protéger et de protéger les autres », a déclaré M. Ferrari.

Perquisition de drogue sur un bateau de pêche local

Trois Seychellois et quatre ressortissants indonésiens, qui se trouvaient à bord d'un navire de pêche local, le BABA ALI, ont été arrêtés après que le navire a été intercepté pendant le week-end. Cela s'est produit lors d'une opération coordonnée par l'armée de l'air des Seychelles, la Garde côtière des Seychelles et le Centre national de partage et de coordination d'informations le 22 mai, lorsque le navire a été intercepté dans la zone économique exclusive (ZEE) des Seychelles.

«En ce qui concerne BABA ALI, notre lutte contre la drogue a porté ses fruits. Avec l'aide des renseignements recueillis, nous avons pu mener une opération sur ce navire et les avons remis aux mains des forces de police. Je ne suis pas en mesure d'entrer dans les détails car il s'agit d'une affaire policière, mais selon les informations que nous avons recueillies, la quantité totale de drogue à bord du BABA ALI était trois fois plus élevée que ce que nous avons ramassé, car certaines ont disparu dans l'océan Indien ", a déclaré M.Ferrari.

Dans un communiqué publié lundi, la police et les Forces de défense du peuple des Seychelles (SPDF) ont déclaré que les tests préliminaires du colis suspect contenaient du haschich et de l'héroïne d'une valeur d'environ 20 millions de SCR (1,2 million de dollars).

Huit navires chinois autorisés à quitter les Seychelles

Le 19 mai, huit navires avec des ressortissants chinois à bord ont été escortés au port Victoria des Seychelles pour que les autorités locales compétentes effectuent les procédures d'identification nécessaires.

La flotte a été interpellé après que les navires non identifiés ont été aperçus ancrés près de Providence, un atoll du groupe Farquhar situé à 705 kilomètres de l'île principale de Mahé.

<< Les preuves que nous avons rassemblées montrent que les huit navires n'ont commis aucune infraction dans la ZEE et nos eaux territoriales. Il n'y avait pas de poisson à bord, leurs engins étaient rangés et ils ont expliqué qu'ils étaient venus mouiller dans les eaux des Seychelles en raison d'intempéries », a déclaré M.Ferrari.

Il a ajouté que "les Chinois nous ont dit qu'ils allaient pêcher à Madagascar et avaient un accord de pêche et à ce titre, nous les avons retenus au port jusqu'à hier matin quand ils nous ont remis une copie de leur accord de pêche et que le ministre malgache du ministère des Pêches a confirmé qu'il s'agissait d'un document légal et valide. "

Bien que les navires n'aient effectué aucune activité illégale dans les eaux des Seychelles, le propriétaire de la flotte a accepté de payer une compensation de 55000 dollars au gouvernement des Seychelles pour ne pas avoir signalé leur présence dans les eaux territoriales de la nation insulaire. Aucun droit de port n'a été facturé car la flotte a été invitée au port par les autorités compétentes.

"Cette affaire montre que les Seychelles prennent leurs responsabilités en tant que pays sérieux et conscient de tout ce qui se passe dans ses eaux", a déclaré M. Ferrari.

Les huit navires devaient quitter le port mercredi matin.

Non lieu concernant deux boutres transportant 22 ressortissants pakistanais.

Deux boutres ont été interceptés dans les eaux des Seychelles, soupçonnés de pêche illégale le 7 mai. Dans un communiqué conjoint des gardes-côtes et de la police des Seychelles, il a été souligné que des agents des autorités compétentes sont montés à bord des deux navires pour mener leur enquête lorsque les navires ont été interceptés à environ 180 nm au nord-ouest de Mahé. Les navires ont été, le même jour, rapprochés de Mahé pour une enquête plus approfondie.

«Nous les avons amenés au port et les agences concernées sont montées à bord pour faire leurs enquêtes, mais nous n'avons rien vu. Tous les renseignements ont montré que les deux navires apportaient de la drogue aux Seychelles. Les chiens de police qui ont été amenés à bord ont senti l'odeur de la drogue, mais malgré les recherches, rien n'est survenu », a déclaré M. Ferrari.

"Est-ce un échec ou pas ? Nous ne le voyons pas comme tel. Dans ce domaine, il y a des jours de réalisations et des jours où l'on n'atteint pas un objectif", a-t-il poursuivi.

Il a souligné que les Pakistanais ont été libérés sans aucune poursuite.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X