Cameroun: Film ethnographique - Un Camerounais primé à Moscou

Le film « Tchoua-Tchoua, Stratégie de Survie », de Robi Layio doctorant dans cette institution est lauréat du concours « Mediating Camera » organisé en Russie.

Le concours « Mediating Camera », organisé par Lomonosov Moscow State University, Institute of Ethnology and Anthropology of the Russian Academy of Sciences tous les deux ans a rendu sa copie le 16 mai dernier à Moscou. Pour cette 9e édition, c'est le Camerounais Robi Layio, doctorant en anthropologie visuelle à l'Université de Maroua, par ailleurs conseiller de jeunesse et d'animation diplômé de l'INJS qui est le vainqueur. Grâce à son film « Tchoua-Tchoua, Stratégie de Survie », qui signifie se battre ou se débrouiller en langue Haoussa, il décroche la première place sur 15 films en compétition au niveau mondial. Il est à noter que trois films camerounais ont également participé à ce concours international. Le film récompensé raconte l'histoire d'Ali Moulla Koufaïni, vendeur de poisson à Blangoua, localité du Logone-et-Chari située dans le bassin du Lac Tchad. L'auteur du film, à travers une métaphore, montre la résilience des jeunes face à la crise sécuritaire causée par Boko Haram.

L'objectif visé, d'après les organisateurs de ce forum international sur l'anthropologie visuelle, est de montrer la diversité et l'unité des cultures des peuples du monde, la rencontre du public avec la vie quotidienne des gens dans les endroits les plus reculés de la terre, l'établissement d'un dialogue avec eux à travers l'écran », explique le Dr Mouadjamou Ahmadou, enseignant-chercheur à l'Université de Maroua par ailleurs membre du conseil d'administration de la Commission internationale d'anthropologie visuelle (CVA). Le forum accepte les documentaires réalisés par des cinéastes et des anthropologues du monde entier. Les films sont sélectionnés par un comité composé conformément au concept du festival.

De manière plus concrète, il est question de démontrer l'originalité, la singularité et la conditionnalité historique du mode de vie des peuples du monde entier et la formation de la compréhension et du respect mutuels entre les différentes cultures au moyen de la science et du cinéma ethnographique. Voilà pourquoi, « la particularité de ce concours est que les films soumis sont conservés dans les archives du Festival à des fins non commerciales mais plutôt pour la recherche et l'enseignement », argumente notre source.

Plus de: Cameroon Tribune

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X