Cameroun: Comptage physique des personnels de l'Etat - Près de 30 milliards de F économisés

Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Joseph LE, a dressé hier le bilan à mi-parcours de cette opération initiée en 2018.

« Il est révolu, le temps de la tolérance administrative », a martelé d'entrée de jeu le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra). Face aux hommes et femmes des médias hier à Yaoundé, Joseph LE est revenu sur la situation disciplinaire des agents publics épinglés à l'issue de l'Opération de comptage physique des personnels de l'Etat (Coppe), initiée en 2018. Un échange intervenu quelques jours seulement après la première vague de révocations et licenciements de 493 fonctionnaires.

Une opération ayant permis à l'Etat de faire une économie de près de 30 milliards de F, d'après des sources au ministère des Finances. Le coût mensuel d'absentéisme public étant estimé à environ 5, 4 milliards de F, soit environ 6% de la masse salariale moyenne mensuelle. La masse salariale moyenne étant de 90 milliards de F au Cameroun. A en croire le Minfopra, l'administration a usé de toutes les démarches possibles et a surtout fait preuve de beaucoup de patience. En effet, cela fait bientôt quatre années que l'Etat essaye d'avoir de la lisibilité sur la situation de ces personnels.

« La phase d'instruction étant arrivée à son terme, cette phase de répression est fortement appelée aujourd'hui de tous ses vœux par le président de la République, suite au fâcheux constat de l'absentéisme chronique des personnels de notre administration. En tout état de cause, la Fonction publique ne peut plus garder indéfiniment des agents publics absents », a souligné le Minfopra.

Pour ce qui est des statistiques, 239 fonctionnaires mis en cause ont été traduits devant le Conseil permanent de discipline de la Fonction publique depuis le 25 juin 2020. 246 dossiers des agents de l'Etat relevant du Code du travail ont été examinés au sein des unités opérationnelles créées à cet effet. 315 agents publics n'ont pas été recensés pour cause de décès alors que les familles ont continué à percevoir la solde et 116 mis en cause ont produit des dossiers médicaux pour justifier leurs absences, même comme certains se sont avérés faux.

Il y a lieu d'indiquer que ceux qui ont répondu présent au Conseil permanent de discipline de la Fonction publique ont écopé de sanctions diverses, allant de l'avertissement, au blâme, à l'abaissement d'un ou de deux échelons à la révocation ou au licenciement. Tandis que d'autres ont tout simplement bénéficié de reprises en solde. « Au total, 7622 agents publics sont en position d'abandon de poste et n'ont pas cru devoir répondre à nos multiples mises en demeure. Ils sont, ipso facto, à radier des effectifs de la Fonction publique », a conclu le ministre LE.

Dans l'optique de toiletter définitivement le ficher des personnels de l'Etat et de la solde, le chef de ce département ministériel a annoncé que des équipes mixtes Minfopra/Minfi, seraient régulièrement déployées auprès des responsables des ressources humaines des différents départements ministériels. Question de vérifier et de s'assurer de la présence effective au poste des agents publics. Par ailleurs, les mis en cause s'estimant injustement sanctionnés, peuvent saisir le Conseil supérieur de la Fonction publique, à titre de recours. Quant aux fonctionnaires ayant perçu indûment leurs salaires, ceux-ci devront rembourser ces montants à l'Etat.

Plus de: Cameroon Tribune

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X