Cote d'Ivoire: Le retour de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire pourrait s'effectuer en toute discrétion

L'ex-président Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo - dont la date du retour en Côte d'Ivoire fait toujours l'objet de spéculations - pourrait rentrer plus discrètement qu'attendu, sans accueil populaire le jour de son arrivée à l'aéroport. Le gouvernement veut ainsi éviter les risques de débordement.

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Verra-t-on des foules massées à l'aéroport acclamant Laurent Gbagbo le jour de son retour ? Probablement pas. En effet, selon nos informations, l'exécutif ivoirien ne veut pas d'un accueil de ce genre, arguant que les manifestations de victimes ces dernières semaines démontrent un risque de troubles à l'ordre public.

Depuis plusieurs semaines, le Collectif des victimes de crises en Côte d'Ivoire multiplie les manifestations et prises de paroles. Son président Issiaka Diaby, que ses détracteurs accusent d'être proche du RHDP, exige que Laurent Gbagbo soit arrêté à son retour, puisque sous le coup d'une condamnation à 20 ans de prison pour l'affaire dite du « casse de la BCEAO ».

Les jeunes RHDP de Yopougon ont aussi fait savoir qu'ils souhaitaient un retour « discret », quand le FPI mobilise sur le terrain pour préparer un accueil grandiose et triomphal auquel il entend associer d'autres partis comme le PDCI.

« Nous devons célébrer cette victoire avec modestie »

Par ailleurs, depuis quelques jours, la presse proche du pouvoir multiplie les articles pour appeler Laurent Gbagbo à garder le « triomphe modeste » et à « rentrer sans bruit ». « Nous savons que les cœurs sont saignants de part et d'autre, c'est pourquoi nous devons célébrer cette victoire avec modestie », déclarait le porte-parole de Laurent Gbagbo, Justin Koné Katinan, il y a trois semaines chez le ministre de la Réconciliation Kouadio Konan Bertin.

Le FPI GOR a néanmoins mis sur pied un comité d'accueil chargé de mobiliser pour le retour de l'ancien président et d'associer les autres partis comme le PDCI. « Nous on a le droit de le recevoir, et lui a le droit d'être accueilli par ceux qui l'aiment. Il mérite qu'on l'accueille avec dignité et honneur », confie un responsable FPI GOR.

Si la discrétion devait finalement être le mode opératoire choisi par l'ancien président, il serait assez logique que la date de son retour ne soit pas communiquée à l'avance. Une date qui relève de la seule décision de l'intéressé qui est juste tenu de la communiquer aux autorités pour des questions de sécurité.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X