Afrique: Remarques du Directeur général à la première réunion en ligne du Groupe d'experts de haut niveau « Une seule santé » - 17 mai 2021

Monsieur le Directeur général Qu Dongyu,

Madame la Directrice générale Dre Monique Eloit,

Estimés membres du Groupe, chers collègues, chers amis,

Bonjour, bon après-midi, bonsoir. C'est pour moi un honneur d'accueillir cette première réunion en ligne du Groupe d'experts de haut niveau « Une seule santé ».

Je tiens à remercier tous les membres du Groupe ainsi que les Gouvernements allemand et français de leur direction et de leur soutien dans la mise en place du Groupe.

La création du Groupe fait suite à l'engagement pris au Forum de la paix à Paris en novembre dernier.

Pour chacun de nous, la pandémie de COVID-19 a affecté toutes les parties de la société et de l'économie et fait ressortir à quel point la santé humaine et animale et celle de notre planète sont intimement liées, comme l'ont souligné mes collègues.

Seule une approche d'« Une seule santé » fondée sur l'interdépendance entre santé humaine, santé animale et facteurs environnementaux nous permettra de mieux préserver la sécurité mondiale.

Cette approche devra aussi refléter la nécessité claire et urgente de mieux comprendre les causes de l'émergence de nouveaux agents pathogènes zoonosiques, à l'origine de 75 % des maladies infectieuses émergentes.

Nous savons que les activités humaines empiétant sur la faune sauvage peuvent offrir de nouvelles possibilités de contact avec des agents pathogènes inconnus jusqu'ici.

Ce risque existe particulièrement lors d'activités dans des environnements nouveaux, par exemple pour l'extraction de ressources ou la production vivrière.

Mais une véritable approche d'« Une seule santé » doit dépasser le cadre des zoonoses et englober des problématiques comme la déforestation, l'agriculture intensive, la pollution, les changements climatiques et d'autres encore.

Et comme vous le savez, malgré les progrès réalisés ces dernières décennies, notre compréhension des processus complexes déclenchant l'émergence de maladies nouvelles reste lacunaire.

Pour combler ces lacunes, nous devons mettre en place des systèmes de surveillance plus efficaces et intelligents.

Il y a plus de dix ans, l'OMS, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et l'Organisation mondiale de la santé animale ont uni leurs forces pour former le groupe tripartite afin d'élaborer et de promouvoir le concept d'« Une seule santé ».

Aujourd'hui notre partenariat doit acquérir une autre dimension en associant un nouveau membre important, le Programme des Nations Unies pour l'environnement, et traduire ce concept par des systèmes permettant de mieux préserver la sécurité des populations.

Le Groupe d'experts de haut niveau apportera un soutien déterminant à cette mission et je tiens à remercier chacun de ses membres d'avoir accepté de nous faire part de son expertise.

Je serai heureux de recevoir vos recommandations et vos conseils au cours des mois et des années à venir.

Ensemble, nous pourrons mieux nous préparer à de futures flambées de maladies, mieux les prévenir et offrir à tous un monde plus résilient et en meilleure santé.

Je vous remercie.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X