Afrique: Remarques du Directeur général à l'occasion du Forum mondial OMS de la recherche et de l'innovation - 13 mai 2021

Estimés invités, chers collègues, chers amis,

Il y a 15 mois, l'OMS a organisé le premier Forum mondial OMS de la recherche et de l'innovation à la suite de la flambée du nouveau coronavirus SARS-CoV-2.

Le Forum a réuni 500 chercheurs de 60 pays appelés à définir les questions prioritaires clés à aborder face à cette nouvelle menace mondiale.

Leur expérience et leur clairvoyance se sont révélées essentielles à la mise au point de la riposte.

Il s'agissait notamment d'élaborer des profils de produits cibles pour les médicaments, vaccins et produits de diagnostic ; des critères pour l'ordre de priorité des personnes à vacciner ; des mesures de santé publique fondées sur des bases factuelles ; et d'autres mesures encore.

Sur la base du schéma directeur de l'OMS sur la recherche-développement pour la prévention des épidémies, des milliers d'experts se sont réunis dans cette intention.

Les enseignements à tirer sont clairs : une approche de la recherche et de l'innovation fondée sur la souplesse et la collaboration est indispensable pour faire face tant à la COVID-19 qu'aux épidémies et pandémies de demain.

Au nom de l'OMS et de nos 194 États Membres, je tiens à remercier tous les chercheurs et partenaires qui ont collaboré avec nous.

Je voudrais remercier aussi les centaines de milliers de patients et de volontaires qui ont participé aux études cliniques ainsi que les chercheurs qui les ont menées.

Les institutions nationales et les centres de recherche du monde entier ont joué un rôle critique en appuyant l'application des recherches prioritaires.

Ces contributions collectives nous ont aidés à progresser de manière significative dans la riposte mondiale à la COVID-19.

Mais nous avons encore des efforts à accomplir.

La situation mondiale reste périlleuse.

La propagation des variants, l'assouplissement trop rapide des mesures sociales et de santé publique et le manque d'équité qui caractérise la vaccination sont autant de facteurs qui favorisent la transmission.

Il est démontré que les vaccins contre la COVID-19 réduisent la gravité de la maladie et le nombre de décès qu'elle provoque, et les premiers résultats semblent indiquer qu'ils réduisent peut-être aussi la transmission.

Or leur répartition est inéquitable : les pays les plus riches ont reçu 83 % des vaccins, alors que les pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure, qui abritent près de la moitié de la population du globe, ont dû se contenter des 17 % restants.

L'OMS s'emploie résolument à réduire cette disparité par le mécanisme COVAX et d'autres initiatives mondiales.

Bien entendu, les vaccins ne constituent pas le seul outil dont nous disposons contre la COVID-19, il faut bien le rappeler.

De nombreux pays ont montré qu'on peut combattre le virus en utilisant régulièrement des mesures de santé publique qui ont fait leurs preuves et en les adaptant.

Avec votre appui, la feuille de route actualisée pour la recherche et l'innovation qui retiendra notre attention au cours des deux prochains jours peut nous aider à tracer la voie pour sortir de la pandémie.

Permettez-moi pour conclure de souligner trois priorités essentielles.

Tout d'abord, en actualisant la feuille de route, efforçons-nous de définir des solutions complètes qui envisagent la mise au point, l'évaluation et le déploiement des outils du début à la fin, en privilégiant à la fois l'équité et l'efficacité.

Ensuite, il nous faut élargir la collaboration entre groupes d'experts et partenaires.

Des capacités de recherche existent partout dans le monde qui n'ont pas encore été assez exploitées dans la riposte à la pandémie, notamment dans les pays du Sud.

Enfin, il est vital de maintenir et de promouvoir davantage encore d'importants essais de plateformes dans le monde.

Merci encore à vous tous pour votre soutien et votre engagement, plus sûr, plus équitable et plus résilient.

Je vous remercie.

A La Une: Santé et Médecine

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X