Afrique: Discours prononcé en direct par le Directeur général au Sommet mondial sur la santé - Présidence italienne du G20 et Commission européenne - 21 mai 2021

Monsieur le Premier Ministre Mario Draghi,

Madame la Présidente Ursula Von der Leyen,

Excellences, chers collègues et amis,

Je voudrais remercier la Présidence italienne du G20 et la Commission européenne pour le rôle moteur qu'elles ont joué dans l'élaboration de la Déclaration de Rome.

Nous saluons la Déclaration, en particulier l'engagement à soutenir et à développer l'architecture multilatérale existante dans le domaine de la santé pour la préparation, la prévention, la détection et la riposte, en mettant en son centre une OMS efficace, financée de manière adéquate, durable et prévisible.

Et nous nous félicitons des autres engagements pris de renforcer la préparation aux niveaux national et mondial pour éviter de futures pandémies.

Mais notre engagement pour l'avenir se mesure à ce que nous faisons aujourd'hui.

Rien qu'hier, plus de 13 000 personnes dans le monde sont mortes de la COVID-19 - une toutes les neuf minutes. Le nombre de victimes sera semblable aujourd'hui. Et demain, et le jour d'après encore.

Des personnes continueront à mourir tant que persistera la disparité mondiale en matière de vaccins.

Oui, la mise au point rapide de vaccins contre la COVID-19 est un triomphe de la science. Mais leur répartition inéquitable est un échec pour l'humanité.

Près de 90 % des vaccins administrés dans le monde l'ont été dans les pays du G20.

On ne pourra mettre fin à la pandémie que si chacun a les moyens de l'endiguer.

Je vous adresse donc trois requêtes aujourd'hui.

Premièrement, mettre fin à la pandémie, grâce à une combinaison de mesures de santé publique adaptées et à la répartition équitable des vaccins.

Nous appelons les pays du G20 à financer intégralement l'Accélérateur ACT, sans perdre un instant.

À mettre plus de doses à disposition et plus vite par l'intermédiaire du COVAX. Nous remercions tous les pays qui ont annoncé des dons généreux aujourd'hui. C'est un début très encourageant pour obtenir les centaines de millions de doses dont nous aurons besoin dans les semaines et les mois qui viennent.

Et à accroître la fabrication de vaccins de toute urgence, par le transfert de technologie et de savoir-faire, et en renonçant aux droits de propriété intellectuelle, en particulier pour l'Afrique.

Le G20 a tous les moyens de vacciner l'ensemble du monde, et le monde ne peut attendre plus longtemps.

Deuxièmement, renforcer la sécurité sanitaire aux niveaux national et mondial.

Nous nous félicitons des engagements pris dans la Déclaration de Rome de soutenir la pleine application du Règlement sanitaire international et d'aborder la sécurité sanitaire selon une approche multisectorielle, pangouvernementale, pansociétale, fondée sur des éléments probants et sur le principe « Une seule santé ».

L'OMS demeure résolue à collaborer avec tous les États Membres pour étudier tous les moyens de renforcer la sécurité mondiale, notamment la proposition d'un traité sur la préparation et la riposte aux pandémies.

Nous pensons que pareil traité pourrait créer, à un niveau élevé, un cadre de responsabilisation politique qui redéfinirait la façon dont les pays font face aux urgences sanitaires, et qui engloberait tous les pays, pas seulement les plus riches et les plus puissants.

Le traité pourrait remédier aux problèmes auxquels nous sommes confrontés actuellement.

Et troisièmement, faire progresser la couverture sanitaire universelle dans tous les pays, sur la base de soins de santé primaires solides.

La pandémie a montré que la santé n'est pas un luxe, mais la pierre angulaire de la stabilité sociale, économique et politique.

Ce ne sera pas la dernière pandémie. Nous pourrons peut-être en prévenir certaines, mais nous ne pourrons pas les éviter toutes.

Continuer comme à l'habitude produira le résultat habituel : un monde qui n'est pas sûr, qui est mal préparé et injuste.

Mais avec des idées, des engagements et un leadership audacieux, nous pouvons bâtir un avenir plus sain, plus sûr et plus juste pour nos enfants et les enfants de nos enfants.

Je vous remercie.

Grazie mille, Monsieur le Président, je vous rends la parole.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X