Congo-Kinshasa: Eruptions du mont Nyiragongo - Des milliers d'habitants quittent la zone volcanique de Goma (OCHA)

28 Mai 2021

Des milliers d'habitants de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sont déplacés et en mouvement après que les autorités ont ordonné l'évacuation des zones menacées par de nouvelles éruptions volcaniques du mont Nyiragongo, a annoncé vendredi le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

Les populations partent vers Sake à l'ouest de Goma. D'autres se dirigent vers le Rwanda à l'est ou vers Rutshuru au nord. Selon l'ONU, de gros embouteillages ont été observés jeudi sur les principales routes de sortie de Goma. Les gens se déplacent dans toutes les directions, principalement à pied, en portant ce qu'ils peuvent, mais aussi en voiture et en bateau. Certains habitants ont choisi de traverser le lac Kivu en bateau en direction de Bukavu au sud.

Cinq jours après l'éruption, dans la nuit du 26 au 27 mai, le gouverneur du Nord-Kivu a donné, mercredi, l'ordre à une partie de la population d'évacuer Goma pour se mettre à l'abri face à une nouvelle éruption du Nyiragongo. Le nombre de personnes ayant évacué la ville n'est pas encore connu. Mais la population des quartiers concernés par les évacuations est estimée à environ 400.000 habitants.

OCHA renforce sa présence à Goma

La première éruption, le 22 mai, a tué plus de 30 personnes et l'Observatoire volcanologique de Goma a averti que le risque d'une nouvelle éruption est réel. Sur place, de fortes secousses se sont poursuivies. Selon OCHA, de telles secousses pourraient provoquer l'échappement de plus de lave par les nombreuses fissures de la montagne.

A noter que la coulée de lave, le rejet des cendres et de gaz ainsi que les multiples tremblements de terre ont entrainé la destruction de nombreuses habitations, édifices publiques (écoles, structures de santé). Des champs ont été aussi touchés, mais aussi des systèmes d'approvisionnement en eau potable et électricité, et l'interruption des voies de communication.

Face à cette urgence sécuritaire et humanitaire, OCHA a renforcé sa présence à Goma avec une équipe de huit personnes pour soutenir la réponse aux personnes dans le besoin. Jusqu'à présent, l'action humanitaire s'est concentrée sur les personnes directement touchées par l'éruption volcanique et les quartiers de Goma sans accès à l'eau.

Mais avec le déplacement massif de personnes, l'ONU estime que l'objectif opérationnel s'élargit. Et de nouvelles évaluations devaient avoir lieu ce vendredi à Sake, Rutshuru et dans d'autres zones de relocalisation.

La crise créée par les éruptions volcaniques du mont Nyiragongo survient dans un contexte de besoins déjà élevés au Nord-Kivu. Selon l'ONU, près de la moitié des cinq millions de personnes déplacées internes en RDC se trouvent dans cette région, où 33% de la population souffre également d'une grave insécurité alimentaire.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X