Afrique: Déclaration conjointe du COVAX - ‎ Appel à l'action pour permettre au COVAX de fournir 2 milliards de doses en 2021‎

Kristalina Georgieva (FMI), Tedros Adhanom Ghebreyesus (OMS), David Malpass (Banque Mondiale) et Ngozi Okonjo-Iweala (OMC)

Dans les pays qui ont bien avancé dans leurs programmes de vaccination, le nombre de cas de COVID-19 baisse, les hospitalisations diminuent et les signes précoces d'une sorte de retour à la normale apparaissent.

Cependant, la situation mondiale est beaucoup plus préoccupante.

À aucun moment de la pandémie il n'a été à ce point nécessaire d'anticiper les difficultés à venir et de ne pas se contenter des progrès inégaux réalisés jusqu'à présent.

On voit les effets traumatisants de la terrible vague de COVID-19 en Asie du Sud - une poussée qui a également eu de graves répercussions sur l'approvisionnement mondial en vaccins.

On voit aussi pourquoi l'accès aux vaccins est si important avant qu'une recrudescence ne se produise. C'est pour cette raison qu'il faut avant tout veiller à ce que les pays qui n'ont pas bénéficié de ces armes d'importance vitale puissent y accéder maintenant, et de toute urgence.

En tant que mécanisme mondial pour l'accès équitable aux vaccins contre la COVID-19, le COVAX a fait ses preuves. Conçu et mis sur pied au milieu d'une crise mondiale de santé publique sans précédent, il a fourni plus de 70 millions de doses à 126 pays et économies à travers le monde depuis février dernier - à des îles éloignées comme à des pays en proie à des conflits - et géré ainsi le déploiement de vaccins le plus important et le plus complexe de toute l'histoire. Plus de 35 pays ont reçu leurs premières doses de vaccin anti-COVID-19 via le COVAX.

Cependant, la terrible flambée de COVID-19 en Inde a eu de graves répercussions sur l'approvisionnement du COVAX au deuxième trimestre de cette année, au point que, d'ici la fin juin, nous serons confrontés à un déficit de 190 millions de doses.

Certes le COVAX disposera de volumes plus importants plus tard dans l'année grâce aux accords qu'il a déjà conclus avec plusieurs fabricants, mais si nous ne comblons pas le déficit actuel de toute urgence, les conséquences pourraient être catastrophiques.

Mais nous pouvons relever ce défi grâce à une action concertée et à un leadership mondial.

Des dons de plusieurs millions de dollars et de doses au COVAX ont été annoncés le 21 mai, portant le total des doses promises à ce jour à plus de 150 millions. À l'Assemblée mondiale de la Santé, les gouvernements ont reconnu à l'unisson qu'il était urgent politiquement et financièrement de mettre des fonds et des vaccins à la disposition du COVAX. Il faut maintenant continuer sur cette lancée pour obtenir le financement intégral du COVAX et davantage de vaccins - tout de suite - pour les pays à faible revenu lors du Sommet sur le système de garantie de marché le 2 juin prochain.

Si les dirigeants mondiaux s'unissent, les objectifs initiaux du COVAX - la livraison de 2 milliards de doses de vaccins dans le monde en 2021 et de 1,8 milliard de doses à 92 pays à faible revenu d'ici le début de 2022 - sont encore tout à fait réalisables.

Mais il faudra pour cela que les gouvernements et le secteur privé débloquent d'urgence de nouveaux stocks, les livraisons commençant en juin, ainsi que des financements pour que nous puissions tenir nos engagements. Le COVAX dispose de l'infrastructure nécessaire pour faciliter et coordonner cet effort mondial complexe.

Pour permettre au COVAX de tenir la promesse d'un accès équitable à l'échelle mondiale, nous appelons à prendre les mesures suivantes immédiatement :

Financer le système de garantie de marché du COVAX (AMC) dirigé par l'Alliance Gavi. Le système AMC est l'instrument du COVAX pour fournir des doses aux pays à faible revenu. Grâce à la générosité de ses donateurs, l'AMC a déjà obtenu 1,3 milliard de doses à livrer en 2021. Cela suffit à protéger les groupes de population les plus à risque : les agents de santé, les personnes âgées et celles qui souffrent de problèmes de santé préexistants. Nous avons besoin de 2 milliards de dollars supplémentaires pour porter la couverture à près de 30 % dans les pays bénéficiant de l'AMC, et nous avons besoin de cette somme d'ici le 2 juin pour bloquer les approvisionnements dès maintenant afin que les doses puissent être livrées tout au long de 2021 et jusqu'au début de 2022.

Mettre des doses à disposition, maintenant. La pandémie vient de prendre une tournure effrayante : la vague meurtrière qui fait rage en Asie du Sud et dans d'autres zones sensibles. Les pays qui ont les plus grandes réserves devraient allouer des doses au COVAX dès à présent pour que l'impact soit maximal.

Des pays commencent à proposer des doses, les États-Unis et l'Europe s'engageant collectivement à mettre 180 millions de doses à disposition. Mais nous avons besoin de plus encore : il faut que ces doses passent par le COVAX et que les expéditions commencent au début de juin. Les pays riches pourraient mettre à disposition au moins un milliard de doses en 2021.

C'est maintenant que le COVAX a le plus grand besoin de doses. Les pays dont les taux de couverture sont élevés et qui devraient recevoir des doses prochainement devraient échanger leur place dans les files d'attente avec le COVAX afin que les doses puissent être distribuées équitablement le plus rapidement possible.

Libérer les chaînes d'approvisionnement en éliminant les obstacles au commerce, les mesures de contrôle des exportations et autres freins au transit qui bloquent, restreignent ou ralentissent l'approvisionnement et la distribution des vaccins anti-COVID19, des matières premières, des composants et des fournitures.

Aujourd'hui plus que jamais, au plus fort de la pandémie, nous avons besoin de solutions ambitieuses de portée mondiale. En ce qui concerne la distribution des vaccins dans le monde, le COVAX est la seule initiative capable de relever le défi actuel.

Il est compréhensible que certains pays veuillent aller de l'avant et vacciner l'ensemble de leur population. Moyennant des dons de vaccins au COVAX parallèlement aux programmes nationaux de vaccination, les populations les plus à risque peuvent être protégées à l'échelle mondiale, mesure de prévention essentielle pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie, freiner l'augmentation du nombre de cas, éloigner la menace de variants et accélérer le retour à la normale.

Le COVAX sait gré à l'Allemagne, aux Émirats arabes unis, à l'Espagne, à la France, à l'Italie, à la Nouvelle-Zélande et à la Suède de leurs engagements initiaux de donner des doses par l'intermédiaire du COVAX, ainsi qu'au Canada pour le financement destiné à faciliter le développement et la mise en service du mécanisme de partage des doses du COVAX. Nous saluons aussi les annonces des États-Unis, de la Norvège, de la Croatie, de la Roumanie, de l'Australie et du Portugal, qui s'apprêtent à donner des doses aux pays dans le besoin, et nous avons fait valoir à cet égard que le COVAX était le mécanisme éprouvé capable d'assurer une distribution mondiale, rapide et équitable.

Depuis sa création au milieu de 2020, le COVAX a reçu le soutien et des ressources de 192 économies mondiales. Ce formidable vote de confiance nous a permis de démontrer notre capacité d'assurer une distribution mondiale sans précédent. Il est temps d'achever ce que nous avons commencé.

Dr Richard Hatchett, Directeur général de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI)

Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l'Alliance du vaccin

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé

Mme Henrietta Fore, Directrice exécutive de l'UNICEF

Notes aux rédacteurs

L'objectif de mettre à disposition au moins 1 milliard de doses excédentaires d'ici la fin de 2021 est basé sur une analyse faite par la Fondation Bill et Melinda Gates des projections actuelles de l'excédent de doses dans l'ensemble du monde. Même selon des estimations prudentes, l'analyse révèle qu'après avoir fait don d'un milliard de doses, les pays riches auraient suffisamment de doses pour vacciner 80 % de leur population âgée de 12 ans et plus en 2021.

À propos du COVAX

Le COVAX, qui est le volet Vaccins du Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT), est coorganisé par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), l'Alliance Gavi et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) - en partenariat avec l'UNICEF en tant partenaire d'exécution essentiel, avec des fabricants de vaccins de pays développés et de pays en développement, la Banque mondiale et d'autres encore. Il s'agit de la seule initiative mondiale qui collabore avec les États et les fabricants pour rendre les vaccins contre la COVID-19 disponibles dans le monde entier, aussi bien dans les pays à revenu élevé que dans les pays à revenu faible.

Le rôle de la CEPI dans le COVAX

La CEPI pilote les projets de recherche-développement portant sur les vaccins COVAX et investit dans les travaux de recherche-développement relatifs à différents vaccins prometteurs dans le but de soutenir la mise au point de trois vaccins sûrs et efficaces pouvant être mis à la disposition des pays participant au Mécanisme COVAX. Dans ce cadre, la CEPI a obtenu un droit de préemption qui pourrait porter sur plus d'un milliard de doses de différents produits candidats pour le Mécanisme COVAX, et a consacré des investissements stratégiques à la fabrication de vaccins, notamment en réservant des capacités de production de doses de vaccins COVAX dans un ensemble d'installations et en obtenant des flacons de verre pour deux milliards de doses de vaccin. La CEPI investit également dans la « nouvelle génération » de vaccins candidats, qui offrira au monde de nouvelles possibilités de combattre la COVID-19 à l'avenir.

Le rôle de l'Alliance Gavi dans le COVAX

L'Alliance Gavi est chargée des activités d'approvisionnement et de livraison à grande échelle pour le COVAX : elle coordonne le développement, la mise en œuvre et l'administration du Mécanisme COVAX et du système de garantie de marché (AMC) du COVAX et travaille avec l'UNICEF et l'OMS, ses partenaires, ainsi qu'avec les États, sur l'état de préparation des pays et la distribution des vaccins. À ce titre, l'Alliance héberge le Bureau du Mécanisme COVAX pour coordonner l'exploitation et l'administration du Mécanisme dans son ensemble, gère les relations avec les participants au Mécanisme et négocie des accords d'achat anticipé avec les fabricants de vaccins candidats prometteurs pour obtenir des doses au nom des 190 pays participant au Mécanisme. Elle coordonne également le développement, l'exploitation et la collecte de fonds pour le système AMC du COVAX, qui soutient 92 pays à faible revenu, et notamment un programme d'indemnisation hors faute qui sera administré par l'OMS. Dans le cadre de ce travail, l'Alliance aide les États et les partenaires à garantir la préparation des pays, en finançant et en supervisant les achats de vaccins par l'UNICEF ainsi que les travaux des partenaires et des États sur la préparation et la vaccination. Cela comprend un soutien pour l'équipement de la chaîne du froid, l'assistance technique, les seringues, les véhicules et d'autres aspects de l'opération logistique extrêmement complexe qu'est la vaccination.

Le rôle de l'OMS dans le COVAX

L'OMS a plusieurs rôles au sein du COVAX : elle fournit des orientations normatives sur les politiques, les réglementations, la sécurité et la recherche-développement en ce qui concerne les vaccins, leur attribution, la préparation des pays et la vaccination. Son Groupe stratégique consultatif d'experts (SAGE) sur la vaccination élabore des recommandations pour des politiques de vaccination fondées sur des données probantes. Sa liste d'utilisation d'urgence (EUL) et ses programmes de présélection garantissent un examen et une autorisation harmonisés entre les États Membres. Il assure la coordination mondiale et le soutien aux États Membres concernant la surveillance de la sécurité vaccinale. Il a élaboré les profils de produits cibles pour les vaccins contre la COVID-19 et assure la coordination technique de la recherche-développement. L'OMS dirige, avec l'UNICEF, l'axe de travail relatif à la préparation des pays à la vaccination, qui fournit un soutien aux pays qui se préparent à recevoir et à administrer des vaccins. Avec Gavi et de nombreux autres partenaires œuvrant à l'échelle mondiale, régionale et à l'échelle des pays, l'axe de travail fournit des outils, des orientations, un suivi ainsi qu'une assistance technique sur le terrain pour la planification et le déploiement des vaccins. Avec les partenaires du COVAX, l'OMS a mis au point un programme d'indemnisation hors faute au titre des engagements de durée limitée en matière d'indemnisation et de responsabilité.

Le rôle de l'UNICEF dans le COVAX

L'UNICEF tire parti de son expérience de plus grand acheteur de vaccins au monde et travaille avec les fabricants et les partenaires sur l'achat de doses de vaccin anti-COVID-19, ainsi que sur le fret, la logistique et le stockage. L'UNICEF acquiert déjà plus de 2 milliards de doses de vaccins par an pour la vaccination systématique et la riposte aux flambées au nom de près de 100 pays. En collaboration avec le Fonds renouvelable de l'OPS, l'UNICEF dirige les efforts visant à acheter et à fournir des doses de vaccins anti-COVID-19 pour le COVAX. En outre, l'UNICEF, Gavi et l'OMS travaillent 24 heures sur 24 avec les gouvernements pour faire en sorte que les pays soient prêts à recevoir les vaccins, que des équipements appropriés soient en place pour la chaîne du froid et que les agents de santé soient formés pour les administrer. L'UNICEF joue également un rôle de premier plan dans les efforts visant à promouvoir la confiance à l'égard des vaccins, en communiquant sur la fiabilité des vaccins et en luttant contre la désinformation dans le monde entier.

À propos de l'Accélérateur ACT

Le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT) est une nouvelle collaboration mondiale novatrice visant à accélérer la mise au point et la production de produits de diagnostic, de traitements et de vaccins contre la COVID-19 et à en assurer un accès équitable. Il a été créé à la suite d'un appel des dirigeants du G20 en mars puis lancé par l'OMS, la Commission européenne, la France et la Fondation Bill et Melinda Gates en avril 2020.

L'Accélérateur ACT n'est ni un organe décisionnaire ni une nouvelle organisation, mais il vise à accélérer les efforts de collaboration entre les organisations existantes pour mettre fin à la pandémie. Il offre un cadre de collaboration conçu pour réunir autour d'une même table les principaux acteurs, l'objectif étant d'en finir aussi rapidement que possible avec la pandémie en accélérant la mise au point de tests, de traitements et de vaccins, en veillant à leur juste répartition et en les mettant plus largement à disposition, de façon à protéger les systèmes de santé et à redresser à brève échéance les sociétés et les économies. Il s'appuie sur l'expérience de grandes organisations mondiales du domaine de la santé qui s'attaquent aux problèmes sanitaires les plus complexes au monde et qui, en collaborant, sont en mesure d'obtenir de nouveaux résultats plus ambitieux contre la COVID-19. Ses membres s'engagent tous à veiller à ce que chacun ait accès à tous les outils nécessaires pour vaincre la COVID-19 et à travailler en partenariat comme jamais auparavant pour y parvenir.

L'Accélérateur ACT est composé de quatre axes de travail : les produits de diagnostic, les traitements, les vaccins et le renforcement du système de santé. L'axe de travail Accès et allocation constitue un domaine d'activité transversal.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X