Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse ‎sur la Covid-19 du 28 mai 2020‎

document

Avec 3,5 millions de décès enregistrés, une perte estimée à 22 billions de dollars des ‎États-Unis pour l'économie mondiale et de nouveaux variants qui viennent aggraver ‎des flambées explosives, cette pandémie est loin d'être terminée. À l'Assemblée ‎mondiale de la Santé cette semaine, il a été largement admis qu'il était essentiel de ‎garantir un accès équitable aux vaccins pour mettre fin à la pandémie de COVID-19.‎

- Dans mon discours d'ouverture lundi, j'ai appelé les dirigeants mondiaux à soutenir ‎un élan massif pour vacciner au moins 10 % de la population de chaque pays d'ici ‎septembre prochain, et 30 % d'ici la fin de l'année. Si les pays mettent ‎immédiatement des doses à la disposition du COVAX, et si les fabricants accordent la ‎priorité au COVAX, nous pouvons atteindre cet objectif et sauver un grand nombre ‎de vies.‎

- En fin de compte, le moyen le plus rapide de mettre fin à cette pandémie est ‎d'accroître considérablement la fabrication mondiale de vaccins, de tests, de ‎traitements et d'autres fournitures médicales, et d'assurer un accès équitable à ces ‎produits. Il y a un an, le Président du Costa Rica, Son Excellence Carlos Alvarado ‎Quesada, et plus de 40 chefs d'État se sont joints à l'OMS pour former le C-TAP, le ‎Groupement d'accès aux technologies contre la COVID-19.‎

- Le C-TAP s'appuie sur l'expérience de la fondation Medicines Patent Pool et offre ‎une plateforme unique aux innovateurs ayant développé des produits de santé ‎contre la COVID-19 pour échanger volontairement des connaissances et des ‎technologies avec des fabricants présentant toutes les garanties de qualité. Une fois ‎pleinement fonctionnel, le C-TAP aidera à accroître la fabrication et pourrait ainsi ‎augmenter l'approvisionnement des pays et du COVAX.‎

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.‎

Comme vous le savez, cette semaine se tient l'Assemblée mondiale de ‎la Santé - la réunion annuelle des nations où elles discutent des ‎problèmes communs en matière de santé et conviennent d'une voie ‎commune. ‎

L'éventail des questions abordées est immense : diabète, paludisme, ‎handicaps, santé buccodentaire et bien d'autres questions encore. ‎

Bien sûr, la COVID-19 a fait l'objet de nombreuses discussions.‎

Il a été largement admis cette semaine qu'il était essentiel de garantir ‎un accès équitable aux vaccins pour mettre fin à la pandémie de ‎COVID-19.‎

Avec plus de 3,5 millions de décès enregistrés, une perte estimée à 22 ‎‎000 milliards de dollars des États-Unis pour l'économie mondiale et de ‎nouveaux variants qui viennent aggraver des flambées explosives, ‎cette pandémie est loin d'être terminée. ‎

Dans mon discours d'ouverture lundi, j'ai appelé les dirigeants ‎mondiaux à soutenir un élan massif pour vacciner au moins 10 % de la ‎population de chaque pays d'ici septembre prochain, et 30 % d'ici la ‎fin de l'année. ‎

Pour atteindre notre objectif en septembre prochain, nous devons ‎vacciner au moins 250 millions de personnes supplémentaires dans les ‎pays à revenu faible ou intermédiaire, y compris tous les agents de ‎santé et les groupes les plus à risque qui sont notre priorité première. ‎

Si les pays mettent immédiatement des doses de vaccin à la ‎disposition du COVAX, et si les fabricants accordent la priorité au ‎COVAX, nous pouvons atteindre cet objectif et sauver un grand ‎nombre de vies.‎

En fin de compte, le moyen le plus rapide de mettre fin à cette ‎pandémie est d'accroître considérablement la fabrication mondiale de ‎vaccins, de tests, de traitements et d'autres fournitures médicales, et ‎d'assurer un accès équitable à ces produits.‎

‎ ‎

Il y a un an, le Président du Costa Rica, Son Excellence Carlos Alvarado ‎Quesada, et plus de 40 chefs d'État se sont joints à l'OMS pour former ‎le C-TAP, le Groupement d'accès aux technologies contre la COVID-19. ‎

Le C-TAP s'appuie sur l'expérience de la fondation Medicines Patent ‎Pool et offre une plateforme unique aux innovateurs ayant développé ‎des produits de santé contre la COVID-19 pour échanger ‎volontairement des connaissances et des technologies avec des ‎fabricants présentant toutes les garanties de qualité. ‎

Le C-TAP est basé sur une méthode éprouvée. ‎

Les licences volontaires non exclusives délivrées par l'intermédiaire du ‎Medicines Patent Pool ont sauvé des vies en permettant d'intensifier ‎la fabrication de traitements contre l'infection à VIH, la tuberculose et ‎d'autres maladies. ‎

Nous nous réjouissons de l'intérêt exprimé par plusieurs fabricants ‎d'outils de diagnostic qui mènent déjà des discussions approfondies ‎avec le C-TAP en vue de partager leur technologie. ‎

Et aussi de l'intérêt manifesté par des établissements de recherche qui ‎sont prêts à partager leurs connaissances par l'intermédiaire du C-TAP. ‎

Mais davantage de concepteurs doivent nous proposer de partager ‎leurs outils vitaux afin que nous puissions augmenter la production et ‎élargir l'accès. ‎

Les entreprises qui apportent leurs connaissances au C-TAP peuvent ‎avoir accès rapidement aux capacités de production dont elles ont ‎besoin pour répondre à la demande, tout en percevant des redevances ‎suffisantes.‎

Les contributions au C-TAP sont volontaires, transparentes et non ‎exclusives, ce qui permet à plusieurs fabricants qualifiés dans le ‎monde de proposer des produits sanitaires utiles pour lutter contre la ‎COVID-19.‎

Une fois les accords signés, le C-TAP aidera les entreprises à les faire ‎appliquer efficacement et fournira une assistance technique aux pays ‎en cas de besoin.‎

‎ ‎

Une fois qu'il sera totalement opérationnel, le C-TAP aidera à accroître ‎la fabrication et pourrait ainsi augmenter l'approvisionnement des ‎pays et du COVAX. ‎

Aujourd'hui, j'ai l'honneur d'avoir à mes côtés la personne qui a eu ‎l'idée du C-TAP, Son Excellence Carlos Alvarado Quesada, Président du ‎Costa Rica. ‎

Le Président Alvarado et moi avons publié hier une lettre ouverte ‎appelant tous les pays à soutenir le C-TAP. ‎

Les gouvernements peuvent jouer un rôle de premier plan dans ‎l'instauration de mesures incitatives pour que l'industrie soutienne ‎nos efforts.‎

Monsieur le Président, merci pour votre leadership et votre accueil. ‎

Vous avez la parole. ‎

‎[LE PRÉSIDENT ALVARADO S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci pour votre intervention, je suis tout à fait d'accord. Alors que ‎nos besoins sont énormes, nous devons avoir recours à toutes les ‎solutions pour augmenter les capacités de fabrication. ‎

J'ai maintenant le grand plaisir d'accueillir Madame Arancha González ‎Laya, Ministre espagnole des affaires étrangères de l'Union ‎européenne et de la coopération. ‎

Madame la Ministre, vous avez la parole. ‎

‎[MADAME GONZÁLEZ LAYA S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci, Madame la Ministre. ‎

En rejoignant le C-TAP ce mois-ci, l'Espagne a montré très clairement ‎au monde qu'il fallait améliorer l'équité face au vaccin. ‎

Je me tourne maintenant vers votre compatriote, le Professeur Jesús ‎Marco, Vice-Président du Conseil national espagnol de la recherche. ‎

Professeur Marco, vous avez la parole. ‎

‎[LE PROFESSEUR MARCO S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci Professeur. Vous avez raison de dire que la recherche financée ‎par des fonds publics joue un rôle clé dans le développement des ‎technologies de la santé et, en pleine pandémie, le moment est venu ‎de les partager équitablement.‎

Nous avons maintenant le privilège d'accueillir Mme Meryame Kitir, ‎Ministre de la Coopération au développement de Belgique. ‎

Madame la Ministre, vous avez la parole.‎

‎[MADAME KITIR S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci pour vos aimables paroles, Madame la Ministre. La Belgique a ‎un rôle clé à jouer pour que tout soit mis en œuvre dans l'UE et dans ‎le monde de sorte que la production et le déploiement des tests, des ‎traitements et des vaccins soient équitables. ‎

Ensuite, j'ai le plaisir de vous présenter M. Budi Gunadi Sadikin, ‎Ministre de la santé de l'Indonésie. ‎

Monsieur le Ministre, vous avez la parole. ‎

‎[MONSIEUR GUNADI SADIKIN S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci Monsieur le Ministre, ce n'est pas si souvent que nous ‎accueillons des physiciens nucléaires. ‎

Vous avez raison de souligner qu'en Asie du Sud-Est, certains pays sont ‎soumis à de fortes pressions et nous apprécions votre volonté de ‎contribuer à intensifier la fabrication de produits de santé.‎

Notre prochain intervenant se nomme Abdul Muktadir. C'est le PDG ‎d'Incepta Pharmaceuticals, au Bangladesh.‎

M. Muktadir, vous avez la parole. ‎

‎[MONSIEUR MUKTADIR S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci, M. Muktadir. Il est regrettable que les capacités de fabrication ‎de vaccins au Bangladesh ne soient pas utilisées. ‎

C'est maintenant que toutes les capacités doivent être pleinement ‎utilisées et j'espère que la technologie et le savoir-faire seront bientôt ‎mis en commun afin qu'Incepta puisse commencer à produire des ‎doses de vaccins qui sauveront des vies. ‎

Enfin, et surtout, j'ai le plaisir d'accueillir Alejandra Sanchez Cabezas, ‎directrice de l'Observatoire de la santé de l'Argentine. ‎

‎[MADAME SANCHEZ CABEZAS S'ADRESSE AUX MÉDIAS]‎

Merci Alejandra, je sais que l'Argentine traverse actuellement une ‎forte vague de COVID-19 et je suis d'accord avec vous pour dire que le ‎moment est venu pour nous de tout mettre en œuvre et de faire tout ‎ce qui est en notre pouvoir. ‎

Merci encore à tous les intervenants. ‎

Comme vous l'avez vu aujourd'hui, le C-TAP est soutenu par un ‎nombre important de responsables nationaux, de chercheurs et ‎d'entreprises du monde entier. ‎

Les organisations de la société civile soutiennent elles aussi ‎activement le C-TAP, et je les en remercie. ‎

Nous ouvrons la porte aux entreprises pharmaceutiques dont le nom ‎nous est devenu familier, même si trop peu de familles bénéficient des ‎outils vitaux qu'elles ont mis au point. ‎

Elles détiennent la propriété intellectuelle qui peut sauver des vies ‎aujourd'hui, mettre fin rapidement à cette pandémie et empêcher les ‎prochaines épidémies de devenir incontrôlables et de mettre en péril ‎la santé, les économies et la sécurité nationale. ‎

Le principal problème vient des fabricants de princeps, mais je pense ‎qu'avec la volonté politique et les incitations adéquates, la ‎collaboration et la mise en commun vont progresser, et permettront ‎de mettre fin à cette pandémie. ‎

Je vous remercie. Christian, vous avez la parole.‎

A La Une: Presse et Média

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X