Ethiopie: Manifestation suite aux sanctions américaines dues à la guerre au Tigré

Manifestation dans les rues de la capitale éthiopienne, à Addis-Abeba, contre les sanctions américaines, ce dimanche 30 mai 2021.

Une semaine après la mise en place de sanctions américaines contre l'Éthiopie, Addis Abeba se mobilise et contre-attaque. Des dizaines de milliers d'Éthiopiens ont manifesté leur mécontentement, après l'appel du gouvernement. Dans les rues de la capitale, le mot d'ordre était : « Ne touchez pas à l'Éthiopie ».

Les sanctions américaines interviennent presque sept mois après le début de la guerre au Tigré. Washington accuse les autorités éthiopiennes de violations des droits de l'homme. Les Éthiopiens parlent, eux, d'ingérence. « L'Amérique ne doit pas s'ingérer dans les affaires de notre pays », répètent en chœur des dizaines de jeunes. Parmi eux, Tewodros, un guide touristique. « Le gouvernement américain, s'il vous plait, laissez-nous tranquille. On aime le monde entier ici. Notre gouvernement réalise de merveilleuses choses pour les Africains, les Éthiopiens, les Érythréens. S'il vous plait, ne touchez pas à notre pays. »

Les officiels épinglés

Les sanctions américaines touchent des officiels éthiopiens et érythréens, épinglés pour leur gestion de la guerre au Tigré. Pour Joseph, ces sanctions ne sont pas seulement injustes mais illégitimes. « Les Américains doivent comprendre quelque chose. Nous avions un gouvernement avant eux. Leur histoire date d'il y a seulement 600 ans. La nôtre date de plus de 3 000 ans. On avait un gouvernement avant les Américains. »

Mauvaise passe ?

Pour certains, la tension entre les deux pays est juste une mauvaise passe. Pour d'autres, comme Nathanael, le divorce est consommé. « On était proches, on était amis avec les Américains, jusqu'à présent. Mais la position actuelle des Etats-Unis est très mauvaise. Donc, on ne les aime plus. C'est fini. Ils ne font que s'opposer à nous. » Le gouvernement éthiopien assurait, en début de semaine, qu'il réévaluerait ses relations bilatérales avec les États-Unis.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X