Sénégal: Le musée Théodore-Monod profite de la réouverture pour dépoussiérer son image

À Dakar, le musée Théodore-Monod a rouvert ses portes le 18 mai après plus d'un an de fermeture liée à la pandémie de Covid-19. Le musée détient une riche collection de quelque 9 000 pièces d'art africain qui proviennent d'une vingtaine de pays. Mais il pâtit d'une image surannée, selon son conservateur. La longue fermeture a donc été l'occasion de réfléchir à sa mise en valeur.

À l'entrée, une installation très contemporaine : un empilement de caisses et emballages qui servent à faire voyager les pièces de musée. Le conservateur du musée Théodore-Monod, El Hadji Malick Ndiaye, a voulu créer un « choc », un décalage avec les collections classiques : « L'impression que les gens ont de ce musée est une impression de musée vieillot, fréquenté seulement par les touristes, qui n'est pas moderne. Un musée ancien pour ses collections, mais quand même nouveau dans sa vision, explique-t-il. Tout ce travail a pu être consolidé pendant la fermeture, donc c'est un côté positif. »

D'où la création d'un site internet, des travaux, une nouvelle scénographie pour mettre en valeur statues, objets ou tissus...

Des œuvres de retour du Quai Branly

Le musée expose certaines pièces prêtées depuis des années au musée du Quai Branly à Paris. Comme ce masque Kanaga du Mali, « un masque facial que l'on utilise dans les rituels », devenu l'emblème de la revue Présence Africaine.

« Ces objets sont rentrés depuis l'année dernière. C'est la première fois qu'ils sont exposés, souligne-t-il. Il ne s'agit pas d'une restitution, mais d'un retour. Mais, quand même, c'est vraiment symbolique au regard du discours de 1978 d'Amadou-Mahtar M'Bow : "Le génie d'un peuple trouve une de ses incarnations les plus nobles dans le patrimoine culturel que constitue, au fil des siècles, l'œuvre de ses architectes, de ses sculpteurs, de ses peintres, gravures ou orfèvres - de tous les créateurs de formes qui ont su lui donner une expression tangible dans sa beauté multiple et son unicité". » Un hommage donc à Amadou-Mahtar M'Bow, ancien directeur général de l'Unesco, qui vient de fêter son centenaire. Le 7 juin 1978, il avait lancé un appel pour le retour du patrimoine culturel à ceux qui l'ont créé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X