Afrique: L'Angola défend le renforcement de la surveillance épidémiologique en Afrique

Luanda — La ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta, a défendu, ce samedi, le renforcement des mesures de surveillance épidémiologique en Afrique, pour éviter l'apparition de la Polio dérivée du vaccin de type 2.

La gouvernante, qui s'exprimait à la 74e Assemblée mondiale de la Santé, a déclaré que malgré l'éradication de la poliomyélite dans la région africaine en 2020, la vaccination et le respect des mesures de surveillance épidémiologique sont importants pour prévenir les flambées de poliomyélite sauvage et de poliomyélite dérivées du vaccin.

"Nous continuons à nous affirmer et maintenant plus que jamais en ce qui concerne la biosécurité dans les laboratoires, le partage des données sur le matériel génétique pour la recherche, en respectant les hypothèses énoncées dans le protocole Negoia 2005", a-t-elle souligné.

Sílvia Lutucuta a aussi soutenu la position des groupes africains par rapport aux thèmes fondamentaux de la biosécurité dans les laboratoires, du protocole Negoia et de la polio.

Lors de l'événement, qui a débuté le 24 mai, des questions liées à la santé publique, à la gestion des cas, aux médicaments pour d'autres maladies infectieuses et à la résistance aux antibiotiques ont été abordées.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X