Somalie: Somaliland - Un scrutin majeur pour un État non reconnu

Un citoyen somalien votant.

Les Somalilandais sont appelés aux urnes ce lundi 31 mai. Ces élections législatives et municipales représentent un enjeu important pour ce territoire non reconnu par la communauté internationale.

Le Somaliland organise ce lundi ses élections législatives et municipales. Les plus d'un million d'électeurs inscrits vont choisir les 82 membres de la Chambre des Représentants, la chambre basse du Parlement, ainsi que les 212 conseillers municipaux.

Ces deux scrutins sont fortement attendus car leur organisation a pris un retard important à cause d'une forte sécheresse et de désaccords entre les différents partis. Les dernières élections législatives ont eu lieu en 2005 et les dernières municipales en 2012, alors que les députés et les conseillers municipaux sont normalement élus pour des mandats de cinq ans. Leur tenue est donc une opportunité pour le Somaliland de réaffirmer sa pratique démocratique.

Observateurs

La Commission électorale assure tout mettre en place pour le bon déroulement de ces scrutins. 2 709 bureaux de votes ont été installés. Et plus de 1 000 policiers ont été déployés à Hargeisa pour assurer la sécurité des électeurs.

Une équipe internationale, financée par le gouvernement britannique mais gérée par l'Université de Londres, a aussi été détachée au Somaliland pour observer le processus électoral. Ces observateurs ont inspecté le matériel de vote ce week-end.

Les près de 800 candidats aux deux scrutins, dont 28 femmes, ont quant à eux achevé leur campagne électorale vendredi. Selon la Constitution, seuls trois partis sont autorisés à présenter des candidats pour les législatives. Une règle qui s'applique aussi à l'élection présidentielle et qui a pour but de limiter le tribalisme politique.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X