Gambie: Cloture des audiences publiques de la Commission verité, reconciliation et réparations

Adresse du Dr Lamin J. Sise Président de la Commission 28 Mai 2021

Les Gambiens ont commencé le 7 Janvier 2019, il y a huit cent soixante-onze jours, à travers les travaux de la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) un processus unique qui consistait à la tenue d'audiences publiques visant à recueillir les témoignages des victimes et auteurs d'abus et crimes contre les Droits de l'Homme perpétrés lors des vingt-deux ans de dictature militaire imposée par Yahya Jammeh. Le but principal de la Commission était très simple: Etablir la vérité sur tout ce qui s'est passé lors des vingt-deux ans de règne de Yahya Jammeh.

L'Assemblée Nationale de la République de Gambie a promulgué une loi établissant la Commission Vérité, Réconciliation et Vérité. Les principaux objectifs de la Commission sont:

(a) la création d'un registre historique et objectif des abus et crimes contre les droits de l'Homme perpétrés durant la période de Juillet 1994 à Janvier 2017 en vue de

(i) promouvoir la réconciliation et le soulagement des traumatismes physiques et morales des victimes

(ii) apporter des solutions aux besoins des victimes

(iii) mettre fin à l'impunité

(iv) prévenir une répétition des abus et crimes contre les droits de l'Homme perpétrés en proposant des recommandations visant à la mise en place de mécanismes et institutions juridiques chargées de veiller au respect et à la préservation des droits de l'Homme

(b) définir le destin ou la localisation géographique des victimes disparues;

(c) accorder aux victimes l'opportunité de donner leurs versions des abus et crimes contre les droits de l'Homme dont elles ont souffert; et

(d) octroyer dans des circonstances appropriées des solutions et remèdes aux victimes.

Pendant 871 jours, la Gambie en particulier et le monde en général ont entendu la déposition de 392 témoins dont la majorité ont été victimes d'atrocités commises sur des civils innocents par l'Etat, les agents de l'Etat ou individus agissant au nom de l'Etat ou de ses agents. Les personnalités qui ont témoigné devant la Commission comprend des coupables reconnus de crimes et abus contre les droits de l'Homme.

Les dépositions des témoins pendant ces 871 jours d'audiences publiques diffusées sur les antennes publiques ont eu pour effet la consternation et l'émoi parmi la population. Les Gambiens ont eu de la peine à croire que les atrocités dont ils entendaient parler se sont en effet déroulées dans leur pays. Un pays où il fait bon vivre, un pays de paix et de tranquillité ! Une nation tolérante et bienveillante. Ils ont eu de la peine à croire que des citoyens Gambiens et ressortissants d'autres pays de la sous-région, dont un grand nombre ont été assassinés de sang-froid et victimes de telles atrocités.

La perpétration de ces atrocités par Jammeh et ses hommes de main a abouti à l'instauration de la peur et de la crainte parmi la population Gambienne. Jammeh et ses complices ont profité de cette atmosphère de crainte et d'appréhension pour procéder au pillage systématique des ressources du pays.

Les atrocités et autres crimes contre les droits de l'Homme révélés par les témoins lors des audiences publiques sont comme suit:

Les arrestations arbitraries

Les detentions illégales

Les meurtres

La torture systématique

Les disparitions forcées

Les violences sexuelles basées sur le genre

Les traitements inhumains et dégradants

La chasse aux sorcieres

Les traitements fictifs contre le VIH/SIDA

Les abus systématiques des pouvoirs publics

Le règne de Jammeh est venu à sa fin; les meurtres et assassinats perpétrés par les agents des services de renseignement de l'état ne sont plus permis ; la torture n'est plus autorisée par l'état ; les junglers sont éparpillés dans des pays étrangers tandis que d'autres sont restés dans le pays et ont publiquement reconnu leurs crimes. L'ambition absurde et hallucinante de gouverner le pays, et ce pour une durée indéterminée (un milliard d'années) a connu une fin soudaine et humiliante après vingt-deux longues années.

Au moment où nous sommes sur le point de clôturer cet important chapitre des travaux de la Commission, je saisi l'opportunité d'adresser au nom des Commissaires, des Conseillers Juridiques et des membres du personnel de la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) notre gratitude et reconnaissance la plus profonde a tous les Gambiens et membres de la communauté internationale - notamment le Bureau de Soutien de l'ONU au Maintien de la Paix, le bureau du Programme des Nations Unies pour le Développement en Gambie, le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l'Homme, le Centre International pour la Justice Transitionnelle, l'Institut pour les Transitions Intégrées et l'Idée Internationale - pour leur soutien sans faille lors des trois dernières années. Cette Commission n'aurait jamais été en mesure d'accomplir ce formidable travail sans le soutien, l'assistance et la collaboration exemplaire des victimes, de leurs familles et de plusieurs responsables de crimes et abus contre les droits de l'Homme qui ont apporté d'importantes informations à la Commission.

Nous nous devons d'adresser nos remerciements les plus profonds a l'équipe dirigeante et aux membres du personnel de notre partenaire de la presse audio-visuelle QTV pour leur travail formidable dans l'enregistrement et la diffusion des audiences publiques et autres activités de la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC). Nous adressons également nos remerciements à la Chaine nationale GRTS pour le travail phénoménal accompli par les membres de son personnel, qui nous appuient depuis le début de nos travaux, visant à informer et sensibiliser les Gambiens sur les travaux et activités annexes de la Commission. Nous adressons nos remerciements à EyeAfrica TV, Paradise TV, Kerr Fatou, Justice Info et tous les autres medias Gambiens et internationaux, qui à travers leur medium, ont apporté leurs contributions au déroulement des audiences publiques de la Commission.

Je ne saurai terminer sans adresser des remerciements aux Commissaires et membres du personnel, y compris nos indéfectibles interprètes et experts linguistiques, pour le merveilleux travail accompli. Nous sommes reconnaissants des contributions inestimables apportées par le secrétariat et de la dévotion inégalée des Services d'Incendie et de Secours de la Gambie. Nous adressons nos remerciements également à la Police de la Gambie, notamment les agents chargés de veiller sur la sécurité des bâtiments de la Commission ainsi que des membres du personnel, pour nous avoir permis d'accomplir nos travaux en toute sécurité et en toute quiétude. Il nous est en effet impossible d'adresser nos remerciements à toutes les personnes qui ont apporté une contribution significative à la réussite des travaux de la Commission. Mais nous tenons à témoigner à toutes les personnes mentionnées ou non de notre reconnaissance éternelle pour les services rendus à la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC).

Nous vous exprimons nos remerciements et vous disons au revoir. Nous serons de retour, néanmoins dans un contexte différent, lors de la présentation de notre rapport final comprenant nos conclusions et recommandations au Président dans un mois.

Discours du Président de la République de Gambie, Son Excellence Adama Barrow, sur la recrudescence de la criminalité dans le pays 21 Mai 2021

Plus de: The Point

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X