Afrique Centrale: Montée de tension à la frontière entre le Tchad et la Centrafrique

L’armée Tchadienne (archive)

Des incidents à la frontière tchado-centrafricaine pourraient tourner à la crise diplomatique. Le ministre des Affaires étrangères du Tchad a publié, dans la nuit du dimanche 30 au lundi 31 mai 2021, un communiqué dans lequel ils accusent les forces armées centrafricaines d'avoir attaqué de manière « préméditée et planifiée » un poste avancé de l'armée tchadienne.

Ndjamena parle d'un militaire tué et de cinq autres kidnappés qui ont été par la suite, selon les termes du communiqué, froidement exécutés en territoire centrafricain. À Bangui, la présidence centrafricaine vient de réagir, elle veut calmer le jeu et parle d'« incident malheureux ».

Tout est parti d'affrontements qui ont opposé dimanche matin les Faca, et leurs « alliés » russes, aux rebelles des 3R, près de la frontière entre les deux pays. Les rebelles centrafricains se sont ensuite repliés en territoire tchadien. Les forces armées centrafricaines et les paramilitaires russes se lancent alors à leur poursuite.

Des soldats tchadiens du poste avancé de Sourou se seraient interposés, expliquent des sources sécuritaires tchadiennes. Les Faca et leurs alliés russes, plus nombreux et mieux armés, prennent le dessus, un militaire tchadien est tué et cinq autres sont faits prisonniers, selon un bilan officiel. Un député centrafricain parle d'un paramilitaire russe tué et un autre blessé dans leur camp. Ces événements sont une première, car jusqu'ici c'est plutôt la Centrafrique qui accusait son puissant voisin d'incursion sur son territoire.

« Crime de guerre d'une gravité extrême »

La réaction tchadienne ne s'est donc pas fait attendre. Le chef de la diplomatie tchadienne Chérif Mahamat Zene accuse l'armée centrafricaine d'avoir exécuté froidement les cinq prisonniers. Il parle « de crime de guerre d'une gravité extrême » et d'une « attaque meurtrière préméditée et planifiée » (... ) qui « ne sauraient rester impunis ».

Côté centrafricain, on tente désormais donc de calmer le jeu. Le porte-parole de la présidence Albert Yaloké Mokpemé avait regretté un peu plus tôt d' « incident malheureux », le porte-parole du gouvernement vient de réagir à son tour. Ane Maxime parle d'échanges de tirs à la frontière des deux pays, qui ont « malheureusement provoqué des morts côté centrafricain et tchadien ». Il assure que son pays reste disposé à collaborer « avec le Tchad pour la sécurisation des frontières communes ». Mais aucun mot par contre sur les cinq soldats qui auraient été exécutés froidement.

Est-ce le début d'une expédition punitive ? Des unités de l'armée tchadienne seraient entrées depuis ce matin en territoire centrafricain, où elles occupent la localité de Ngaondaï, toujours selon des sources tchadiennes, ce que dément un responsable administratif centrafricain sur place.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X