Congo-Kinshasa: Province de l'Ituri - David McLachlan-Karr condamne fermement les violences contre les civils

MONUC/Marie Frechon
Les FARDC en patrouille dans l'Est de la RDC (archive)

Le coordonnateur humanitaire en RDC, David McLachlan-Karr, pour qui ces attaques sont inacceptables et ne doivent pas demeurer impunies, appelle les parties au conflit à protéger la population civile.

David McLachlan-Karr condamne fermement les attaques contre la population civile et les violations du droit international humanitaire dans la province de l'Ituri. « Ces attaques sont inacceptables. Les parties au conflit doivent protéger la population civile et ces crimes ne doivent pas demeurer impunis. Les communautés, déjà très vulnérables, doivent pouvoir vivre en paix où qu'elles soient et retourner chez elles en toute sécurité », a-t-il déclaré aujourd'hui dans un communiqué du 31 mai.

Dans ce document, le coordonnateur humanitaire dit également condamner les attaques contre les convois et installations humanitaires, le vol de biens et d'assistance destinés aux plus vulnérables. « Les acteurs humanitaires ont pour mandat d'assister les personnes dans le besoin quelle que soit leur appartenance ethnique ou religieuse. Toute attaque contre le personnel humanitaire et leurs installations constituent une violation du droit international et retarde l'acheminement de l'aide vers les personnes qui en ont besoin pour survivre », a-t-il fait savoir. Le coordonnateur humanitaire en RDC, qui cite des sources locales, rappelle, en effet, que le 31 mai, des attaques meurtrières ont été signalées à Boga et Tchabi, dans le territoire d'Irumu, faisant au moins cinquante-cinq morts, dont trente parmi la population déplacée dans le site de Rubingo. A l'en croire, des maisons ont été incendiées et des civils ont été enlevés.

Cette situation tragique, a fait savoir M. McLachlan-Karr, vient s'ajouter à un incident survenu à Drodro dans le territoire de Djugu, le 28 mai, où les infrastructures d'un partenaire humanitaire ont été pillées, causant la suspension temporaire de ses activités dans la zone. Alors que depuis fin 2017, la population de l'Ituri fait face à des conflits et violences armées. « La province compte 1,6 million de personnes déplacées. Seule une réduction durable et significative des violences permettra de soulager les souffrances de ces populations », a insisté le coordonnateur humanitaire dans le pays.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X