Afrique de l'Ouest: De grandes entreprises européennes complices de l'insécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest

Produits agricoles.
communiqué de presse

Dakar, Sénégal, 1 juin, 2021 - Selon un nouveau rapport de Greenpeace et Changing markets, de grandes entreprises européennes sont à la source des conséquences dévastatrices du commerce de la farine et de l'huile de poisson en Afrique de l'Ouest. Le rapport Nourrir un monstre : Comment les industries européennes de l'aquaculture et de l'alimentation animale volent la nourriture des communautés d'Afrique de l'Ouest, révèle comment plus d'un demi-million de tonnes de petits poissons pélagiques sont extraits chaque année le long des côtes d'Afrique de l'Ouest et transformés en aliments pour l'aquaculture et l'agriculture, en compléments alimentaires, en cosmétiques et en produits alimentaires pour animaux de compagnie hors du continent africain[1].

"Priver des millions de populations d'Afrique de l'Ouest de la source de protéines la plus fondamentale pour nourrir les animaux ou produire des compléments alimentaires, des cosmétiques et des produits alimentaires pour animaux de compagnie est une pratique honteuse et un mépris flagrant des lois locales et internationales. Le poisson propre à la consommation humaine ne devrait pas et ne doit plus jamais être volé aux communautés d'Afrique de l'Ouest pour répondre aux besoins d'autres pays. Nos gouvernements doivent agir rapidement pour mettre un terme à cette situation", a déclaré Dr Ibrahima Cissé, responsable de campagne à Greenpeace Afrique.

Le rapport est basé sur une recherche du commerce et de la chaîne d'approvisionnement entre l'industrie de la farine et de l'huile de poisson (FHP) en Afrique de l'Ouest et le marché européen. Elle comprend des négociants, des entreprises d'aquaculture et d'agroalimentaire en France (Olvea), en Norvège (GC Rieber, EWOS/Cargill, Skretting, Mowi), au Danemark (ED&F Man Terminals, TripleNine, FF Skagen, Pelagia et BioMar), en Allemagne (Köster Marine Proteins), en Espagne (Inproquisa, Industrias Arpo, Skretting Espana) et en Grèce (Norsildmel Innovation AS). Elle comprend également des relations d'approvisionnement entre les transformateurs/distributeurs de produits de la mer et les producteurs de poissons d'élevage qui se sont fournis en aliments aquacoles auprès d'entreprises impliquées dans le commerce de farine et d'huile de poisson en Afrique de l'Ouest ces dernières années, ainsi que des détaillants bien connus en France (Carrefour, Auchan, E. Leclerc, Système U, Monoprix, Groupe Casino), en Allemagne ( Aldi Süd, Lidl, Kaufland, Rewe, Metro AG, Edeka), en Espagne (Lidl Espana) et au Royaume-Uni (Tesco, Lidl, Aldi). [2]

"Les exportations de farine et d'huile de poisson vers l'Europe détournent les moyens de subsistance des communautés côtières, en privant les populations d'une importante source de nourriture et d'un moyen de revenu. Les entreprises et les détaillants européens d'aliments aquacoles ne peuvent plus ignorer ce problème majeur de droits de l'homme et d'environnement. Il est temps de repenser les chaînes d'approvisionnement et de supprimer rapidement l'utilisation de poissons sauvages dans la nourriture des poissons d'élevage et d'autres animaux, afin de préserver ces populations de poissons sauvages pour les générations futures", a déclaré Alice Delemare Tangpuori, responsable des campagnes de Changing Markets.

Les recherches de Greenpeace et Changing Markets confirment une expansion rapide de la FHP au cours des dernières années, notamment en Mauritanie, où 70% des exportations d'huile de poisson étaient destinées à l'UE en 2019. Les gouvernements de la Mauritanie, du Sénégal et de la Gambie ne parviennent pas, à ce jour, à gérer correctement leur ressource commune de petits poissons pélagiques, ni à prendre les mesures appropriées pour garantir le droit à l'alimentation et aux moyens de subsistance des communautés impactées, notamment dans le secteur de la pêche artisanale, qui continuent de protester contre les usines de farine et d'huile de poisson.

"En saison froide au Sénégal, il est très difficile, voire impossible, de trouver des sardinelles aux points de débarquement habituels. Les conséquences sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations locales sont catastrophiques, ainsi que sur l'équilibre de la chaîne alimentaire en mer", a déclaré Dr Alassane Samba, ancien directeur de recherche et directeur du Centre de recherche océanographique de Dakar-Thiaroye au Sénégal. [3]

Harouna Ismail Lebaye, Président de la FLPA (Fédération Libre de Pêche Artisanale), section de Nouadhibou, en Mauritanie, a un message fort pour les entreprises et les gouvernements impliqués dans l'approvisionnement en farine et en huile de poisson : "Vos investissements nous privent de nos ressources halieutiques, vos investissements nous affament, vos investissements menacent notre stabilité, vos usines nous rendent malades (... ). Il est temps de mettre un terme à tout cela."

Greenpeace Afrique et Changing Markets appellent les entreprises, les décideurs et les gouvernements à cesser de prélever du poisson propre à la consommation humaine en Afrique de l'Ouest pour alimenter la demande de farine et d'huile de poisson dans l'Union européenne et en Norvège.

Photos et vidéos disponibles ici :

https://media.greenpeace.org/Share/1wns56x0dcto237omqm5545fuonrvp3l https://media.greenpeace.org/Share/74v2osj4fwon236v732te462776h71bv

Contacts :

Bureau de presse de Greenpeace Afrique : [email protected]

Mikaïla Issa,

consultant en communication et médias pour Greenpeace Afrique

+221782199410

[email protected]

Christina Koll,

coordinatrice principale de la communication, Greenpeace Afrique (pour les demandes de médias internationaux)

+4528109021

[email protected]

Pour les requêtes concernant Changing Markets :

Charlie Dakin, Greenhouse PR. Tél : +447861 530357, [email protected]

Notes :

[1] Nourrir le monstre : Comment les industries européennes de l'aquaculture et de l'alimentation animale détournent la nourriture des communautés d'Afrique de l'Ouest, rapport de Greenpeace Afrique et Changing Markets, juin 2021, https://www.greenpeace.org/static/planet4-africa-stateless/2021/05/a69ef97c-nourrir-le-monstre-fr-final-small.pdf

[2] Bien que nous ne puissions pas établir de chaîne de distribution directe entre les détaillants et la FHP d'Afrique de l'Ouest, Changing Markets a signalé - par le biais de sources accessibles au public, de visites en magasin, d'entretiens et d'enquêtes - des relations de chaîne d'approvisionnement entre les détaillants mentionnés dans le rapport Nourrir un monstre : Comment les industries européennes de l'aquaculture et de l'alimentation animale détournent la nourriture des communautés d'Afrique de l'Ouest, les transformateurs/distributeurs de produits de la mer et les producteurs de poissons d'élevage qui se sont approvisionnés en aliments aquacoles auprès d'entreprises impliquées dans le commerce de la FHP ouest-africaine ces dernières années. Le maintien de ces relations est problématique, et indépendamment de l'existence d'une chaîne de distribution directe, ces sociétés ne devraient pas se ravitailler auprès de celles qui s'approvisionnent en Afrique de l'Ouest.

[3] Les principales espèces en jeu dans la production de FHP, la sardinelle plate et ronde et le bonga, sont essentielles à la sécurité alimentaire de millions de personnes dans la région. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), ces ressources halieutiques sont surexploitées et nécessitent une réduction de l'effort de pêche de 50% - Groupe de travail de la FAO sur l'évaluation des petits poissons pélagiques au large de l'Afrique du Nord-Ouest 2019. Rapport de synthèse disponible à l'adresse suivante : http://www.fao.org/3/cb0490en/CB0490EN.pdf

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X