Congo-Kinshasa: Affaire Chebeya, bientôt une réouverture du procès

Marteau de la cour

Après les nouvelles révélations d'Hergile Ilunga et Alain Kayeye, l'auditorat militaire général va transmettre le dossier à la Haute cour militaire.

Il y a onze ans exactement, en République démocratique du Congo, le défenseur des droits de l'homme Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana étaient assassinés.

"C'est le général John Numbi qui a intimé l'ordre au major Christian Ngoy. La preuve en est que c'est au sein de l'Inspection générale de la police que le double assassinat a eu lieu", Hergile Ilunga, un des fonctionnaires de police, désigne à nouveau l'ancien chef de la police comme donneur d'ordre dans l'assassinat des deux hommes, le 1er juin 2010.

Selon le commando qui est passé aux aveux, "le général John Numbi a organisé notre évacuation vers Lubumbashi et enfin, il a ordonné de nous déployer dans le secteur minier au Katanga."

L'ex chef de la police ayant fui le pays, la justice militaire a lancé un avis de recherchecontre lui.

Espoir pour les familles Chebeya et Bazana

En mars dernier, l'ancien ministre de la Justice par intérim, Bernard Takahishe Ngumbi, annonçait l'ouverture d'une enquête contre John Numbi.

Trois mois plus tard, les choses semblent évoluer positivement, selon Rostin Manketa, directeur exécutif de l'ONG la Voix des sans voix, l'organisation de Floribert Chebeya.

"Aux dernières nouvelles, nous avons appris que l'auditorat militaire général va bientôt transmettre tous les dossiers à la Haute cour militaire", a déclaré Rostin Manketa. Le directeur exécutif de l'ONG "espère que la réouverture du procès pourra bientôt avoir lieu".

Mais il dit rester très vigilant : "Au regard de ce que nous avons connu avec la fuite inattendue et incroyable du général John Numbi."

Le directeur exécutif de l'ONG , la Voix des sans voix dit avoir "des craintes que si les choses continuent à tarder, que les policiers qui ont fait des révélations pourraient être traqués grâce à la puissance financière de l'ancien régime pour les réduire au silence. Ou bien que les personnes qui ont été arrêtées, qui sont en détention à Kinshasa, puissent être exfiltrées pour une destination inconnue comme le général John Numbi l'a fait."

Pression sur Tshisekedi

A l'occasion de cette onzième commémoration de l'assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, la Voix des sans voix a adressé un mémorandum au chef de l'Etat congolais, Félix Tshisekedi, pour qu'il aide à une réouverture du procès, cette fois avec les vrais coupables dans le box des accusés.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X