Ethiopie: Au Tigré, plus de 90% de la population en besoin d'aide alimentaire

Un travailleur humanitaire distribue de la nourriture et d'autres bricoles à Mekele, dans le Tigré.

Les Nations unies tirent la sonnette d'alarme dans la province du Tigré, en Éthiopie. La famine plane sur la région qui est en guerre depuis près de sept mois. Le gouvernement éthiopien y affronte les rebelles du TPLF, un parti tigréen dissident, avec l'aide de l'armée érythréenne. Aujourd'hui, 91% de la population est en besoin d'aide alimentaire. La famine serait inévitable dans deux mois, selon l'ONU.

Dans cette province de près de 6 millions d'habitants, 5 200 000 sont en besoin d'aide alimentaire. Le constat des Nations unies est extrêmement alarmant. Si l'aide alimentaire n'est pas augmentée dans les deux prochains mois, la famine planerait sur la province.

Le Programme alimentaire mondial, dernier prix Nobel de la paix en date, en appelle à la solidarité internationale. Plus de 200 millions de dollars d'aide seraient nécessaires pour éviter un drame au Tigré.

Les Nations unies et l'ensemble des organisations humanitaires se plaignent du manque d'accès dans la province. Les zones rurales sont difficilement accessibles. Et une partie des convois humanitaires sont détournés par les soldats érythréens qui interviennent au Tigré.

La province est connue pour sa situation alimentaire fragile. Avant le conflit déjà, 600 000 individus étaient en besoin humanitaire. Une invasion de criquets pèlerins avaient détruits une partie des récoltes. 90% des réserves restantes ont été pillées ou brulées assure l'ONU.

Il y a dix jours, les États-Unis ont imposé des sanctions contre l'Éthiopie et l'Érythrée, accusant leurs soldats de justement bloquer une partie de l'aide humanitaire.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X