Afrique: Déclaration de l'OMS et de l'UNICEF à l'occasion du quarantième anniversaire du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel

Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS

En 1981, des responsables de la santé venus du monde entier se sont réunis à l'occasion de l'Assemblée mondiale de la Santé pour aborder le problème des pratiques agressives de marketing utilisées par les industriels du secteur de l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant, qui encourageaient les préparations en poudre plutôt que l'allaitement, ce qui entraînait une grave augmentation de la morbidité et de la mortalité infantiles. Leurs concertations se sont concrétisées par le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, cadre directeur historique conçu dans l'objectif d'empêcher que les intérêts commerciaux n'aient une incidence négative sur les taux d'allaitement et ne menacent la santé et la nutrition des plus jeunes.

Ces quatre dernières décennies, l'allaitement au sein exclusif a augmenté de 50 %. Selon les estimations, 900 millions de nourrissons du monde entier ont ainsi pu bénéficier des avantages, en termes de survie, de croissance et de développement, que leur a procuré l'allaitement maternel exclusif au cours des premiers mois de leur vie.

L'allaitement maternel est crucial pour la nutrition, la santé et le bien-être de l'enfant tout au long de sa vie. Il réduit les coûts pour les familles, les établissements de santé et les gouvernements, protège les enfants des infections et sauve des vies. Outre d'autres avantages pour la santé mentale, il stimule l'établissement de liens affectifs entre la mère et le bébé.

Et pourtant, le marketing agressif appliqué aux substituts du lait maternel continue de décourager les femmes d'allaiter, mettant en danger leur santé et celle de leurs enfants.

Ce quarantième anniversaire de l'adoption du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel est l'occasion non seulement de prendre note des progrès significatifs réalisés dans le domaine de la protection et de la promotion des bienfaits incomparables de l'allaitement maternel, mais aussi de rappeler ce qu'il reste à faire.

La majorité des pays a adopté des lois pour mettre en œuvre au moins certaines dispositions du Code. Malheureusement, seuls 25 pays ont mis en œuvre des mesures qui sont effectivement alignées sur le Code.

Quarante ans après son adoption, le Code n'a rien perdu de sa pertinence. L'année dernière, des spécialistes du marketing d'aliments pour nourrissons et jeunes enfants ont profité de la pandémie de COVID-19 pour promouvoir leurs produits en mettant en avant la crainte, infondée, que l'allaitement maternel puisse transmettre la COVID-19. Les orientations de l'OMS et de l'UNICEF sont claires : les mères qui présentent une infection confirmée ou présumée par le virus responsable de la COVID-19 devraient continuer à allaiter.

À l'occasion du quarantième anniversaire du Code, l'UNICEF et l'OMS appellent les gouvernements, les agents de santé et les fabricants d'aliments pour nourrissons et jeunes enfants à appliquer intégralement le Code et à en respecter les dispositions :

Les gouvernements doivent promulguer et appliquer des lois pour empêcher que les intérêts commerciaux ne portent atteinte à l'allaitement maternel, à l'alimentation optimale du nourrisson et du jeune enfant et à la santé des enfants et des femmes, y compris pendant la grossesse et l'allaitement.

Les agents de santé doivent protéger, promouvoir et soutenir l'allaitement maternel ; ils ne doivent pas accepter de commandites d'entreprises qui commercialisent des aliments pour les nourrissons et les jeunes enfants, sous forme de bourses d'études, de prix, de subventions, de réunions ou d'événements.

L'industrie de l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant doit s'engager publiquement à se conformer pleinement, à l'échelle mondiale, au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et aux résolutions pertinentes prises par l'Assemblée mondiale de la Santé après l'adoption de celui-ci.

Ensemble, nous devons saisir l'occasion que représente ce quarantième anniversaire pour se réjouir des progrès réalisés s'agissant de promouvoir et de soutenir l'allaitement maternel et pour appeler à prendre des mesures audacieuses pour protéger l'allaitement maternel et donner ainsi, à chaque enfant, le meilleur départ dans la vie.

À propos de l'UNICEF

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) est présent dans des régions où les conditions sont parmi les plus difficiles de la planète, afin d'avoir accès aux enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, l'UNICEF intervient en faveur de chaque enfant, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour plus d'informations sur l'UNICEF et ses activités à l'appui des enfants, consultez https://www.unicef.org/fr.

Suivez l'UNICEF sur Twitter, Facebook, Instagram et YouTube (en anglais).

À propos de l'OMS

L'Organisation mondiale de la Santé assure un rôle de leader mondial en matière de santé publique au sein du système des Nations Unies. Fondée en 1948, l'OMS collabore avec ses 194 États Membres, dans six Régions, et ses 149 bureaux pour promouvoir la santé, préserver la sécurité mondiale et servir les populations vulnérables. L'objectif de l'Organisation pour 2019-2023 est de faire en sorte qu'un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle, qu'un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d'urgence et qu'un milliard de personnes supplémentaires bénéficient d'un meilleur état de santé et d'un plus grand bien-être.

Pour obtenir des données actualisées sur la COVID-19 et des conseils de santé publique afin de vous protéger contre le coronavirus, veuillez consulter le site Web www.who.int/fr et suivez l'OMS sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, TikTok, Pinterest, Snapchat, YouTube et Twitch (en anglais).

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X