Seychelles: Les Seychelles maintiennent une notation « B », par l'agence Fitch, signe que le tourisme devrait rebondir

Les Seychelles ont maintenu une cote de crédit « B » avec une perspective stable par rapport aux dernières notes Fitch publiées la semaine dernière, ce qui reflète l'attente d'une reprise du tourisme et de la croissance économique.

Le ministre des Finances, Naadir Hassan, a déclaré mardi aux journalistes que la note était une nouvelle positive pour les Seychelles.

"Cela signifie que le gouvernement a été en mesure d'apporter la stabilité dans l'économie. La note nous donne un narratif sur la façon d'aller de l'avant. Elle a également un impact direct sur les investisseurs qui examinent la note pour analyser si leurs investissements sont sécurisés", dit M. Hassan.

L'économie des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, a été fortement affectée lorsqu'un ralentissement des voyages dû à la pandémie COVID-19 a eu un impact négatif sur son industrie du tourisme.

La nation insulaire a été rétrogradée de la note « B + » à « B » en décembre de l'année dernière.

Fitch Ratings a déclaré qu'il voyait des signes de reprise des flux touristiques vers les Seychelles, qui ont rouvert ses frontières le 25 mars et que les arrivées de visiteurs en avril ont rebondi à 38% du niveau de 2019, le plus haut depuis le début de la pandémie COVID-19.

Le ministre des Finances a déclaré que la reprise des Seychelles "est tirée par des marchés touristiques non traditionnel et devrait être soutenue par le retour des touristes européens traditionnels à mesure que les restrictions de voyage mondiales s'atténuent".

Fitch prévoit également que le PIB réel rebondira à une croissance de 5% en 2021, grâce à une solide reprise de l'activité touristique, des effets de base favorables et soutenu par des politiques fiscales et monétaires expansionnistes, et un programme de vaccination très réussi.

Il a toutefois averti que la récente augmentation des cas quotidiens d'infection et de décès depuis la fin avril 2021 pourrait entraîner de nouvelles restrictions qui pourraient peser sur la reprise, tandis que les développements défavorables de la pandémie dans le monde posent également un risque à la baisse.

Fitch a déclaré que les besoins de financement en 2020 ont été largement satisfaits par des sources nationales, principalement par le biais de bons du Trésor et de 1,5 milliard de SCR d'obligations de trois, cinq et sept ans.

Pour 2021, il prévoit que les besoins de financement à 11,9% du PIB seront satisfaits principalement par des emprunts intérieurs auprès des banques, tandis que d'autres décaissements de programmes du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement sont actuellement en cours de négociation.

De l'avis de Fitch, la négociation d'un nouveau programme du FMI ne sera probablement pas problématique, étant donné la forte adhésion des Seychelles aux programmes précédents.

Les estimations de la dette de Fitch excluent 82 millions de dollars, soit 6,5% du PIB de la dette d'Air Seychelles, dont le gouvernement négocie 72 millions de dollars avec les obligataires de la compagnie aérienne pour la réduire à 20 millions de dollars.

M. Hassan a déclaré qu'avec la situation économique actuelle, il est clair que le gouvernement ne sera pas en mesure de subventionner davantage le transporteur national pour ses pertes opérationnelles.

Dans le but d'obtenir une meilleure note, M. Hassan a déclaré que les Seychelles devaient limiter les dépenses par rapport aux revenus collectés.

"Nous devons également réduire les déficits sur la balance courante. Cela a à voir avec le maintien d'un équilibre strict entre les devises étrangères entrant et sortant du pays afin que la réserve du pays ne soit pas davantage affectée. Si nous allons dans la direction opposée, cela conduira à un déclassement », a-t-il ajouté.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X