Afrique: Qatar - Malcolm Bidali, blogueur kényan travaillant sur les migrants, remis en liberté

Au Qatar, Malcolm Bidali a été relâché en début de semaine, a-t-on appris mercredi soir 2 juin. Les charges retenues contre lui demeurent toutefois. Ce ressortissant kényan est accusé par les autorités d'avoir reçu des paiements « par un agent de l'étranger pour la création et la diffusion de désinformation ». L'agent de sécurité écrivait, sous pseudonyme, sur le sort des travailleurs migrants dans le pays.

Près d'un mois après son arrestation, Malcolm Bidali a été remis en liberté. Ce ressortissant kényan de 28 ans était à l'isolement dans un lieu inconnu. Par ailleurs, il n'a reçu aucun conseil juridique tout au long de sa détention, nous apprend Migrant Rights, une organisation de défense des droits des migrants.

C'est sur ce site que Malcolm Bidali écrivait sous le pseudonyme de « Noah ». Il y détaillait notamment la discrimination à laquelle lui et ses collègues travailleurs migrants sont confrontés. Un témoignage rare dans le Golfe, écrit à la première personne. Mais qui en aucun cas peut être assimilé à de la « désinformation », a estimé un porte-parole de Migrant Rights.

Selon les grandes ONG de défense des droits humains, le cas Bidali « crée un climat de peur et sert à avertir les autres activistes ».

À l'approche de la Coupe du monde de football 2022, cette affaire est en tout cas une nouvelle épine dans le pied du Qatar. Depuis plusieurs mois, une campagne de boycott du Mondial dénonce le traitement des travailleurs migrants dans le pays.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X