Guinée Bissau: Coopération bilatérale - 12 accords pour dynamiser l'axe Ouaga-Bissau

Les travaux de la première commission mixte de coopération entre le Burkina Faso et la Guinée-Bissau se sont achevés, le mercredi 2 juin 2021 à Bissau. Douze accords de coopération ont été signés entre les deux pays dans plusieurs secteurs d'activités.

Après deux jours « d'intenses travaux », les 31 mai et 1er juin 2021, la première commission mixte de coopération entre le Burkina Faso et la Guinée-Bissau a accouché de douze accords. Ils ont été signés, le mercredi 2 juin 2021 à Bissau, par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Burkinabè de l'extérieur, Alpha Barry et son homologue bissau-guinéenne, Suzi Carla Barbosa. Désormais donc, le cadre juridique de la coopération entre les deux pays a été renforcé par la signature de ces 12 accords dans les domaines diplomatique, du transport aérien, de l'énergie, des mines et carrières, de la culture, des arts et du tourisme, de l'éducation, du commerce, de l'agriculture, de l'eau et de l'assainissement, des ressources animales et halieutiques, des sports et des loisirs. De même, un projet d'accord de coopération entre les deux Chambres de commerce a été également examiné et finalisé, mais doit faire l'objet de signature ultérieure par les présidents des Chambres de commerce des deux pays. Par ailleurs, deux projets d'accords respectivement dans le domaine de la défense et de la sécurité, feront l'objet d'échanges, afin de les finaliser et de procéder à leur signature « dans les meilleurs délais ».

Au titre du contenu des accords, le communiqué de presse sanctionnant les travaux précise que concernant le domaine du transport aérien, les parties ont noué un partenariat sur le plan aéronautique. « Cet instrument constitue une base juridique permettant aux entreprises de transport aérien des deux parties contractantes de pouvoir exploiter des services de transport de passagers et de fret entre la Guinée-Bissau et le Burkina Faso », note-t-il. En matière d'échanges commerciaux, les parties ont relevé le faible niveau dans ce secteur et convenu de travailler pour le renforcement de leur coopération industrielle et commerciale qui devra se traduire par des actions opérationnelles. En ce qui concerne le secteur des mines, deux accords de coopération ont été signés, au regard du fait que le Burkina Faso détient une « solide expérience » en matière d'énergie, d'exploitation minière, des textes législatifs et réglementaires ainsi que des institutions de formation en énergie, mines et carrières.

Une vision commune des deux chefs d'Etat

Dans les secteurs de l'Eau et de l'assainissement, ils ont procédé à l'identification des axes de coopération qui se résumeraient à l'approvisionnement en eau potable en milieux urbain et rural, la connaissance des ressources en eau, la construction et la réhabilitation des infrastructures hydrauliques, la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) et le suivi et gestion des réseaux de mesure piézométrique (eaux souterraines) et hydrométrique (eaux superficielles). A cela, s'ajoutent l'inventaire, la cartographie et le cadastre des ressources en eau, le changement climatique, la gestion et la valorisation des déchets (solides et liquides), la capitalisation des bases de données en hydraulique et en assainissement, le traitement des eaux usées et excréta, la formation des cadres bissau-guinéens dans les domaines spécifiques des ressources en eau (hydrologie, hydrogéologie, hydraulique, géophysique), le renforcement des capacités techniques, administratives et organisationnelles des professionnels du domaine de l'eau et de l'assainissement à travers les voyages d'études et d'échanges d'expériences.

Pour la ministre d'Etat, des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Communautés, Suzi Carla Barbosa, ces travaux célèbrent l'amitié « sincère et indéfectible » ainsi que la qualité grandissante des relations de coopération entre les deux pays. Il s'agit là, a-t-elle poursuivi, d'un choix d'échanges d'expériences et de recherche conjointe aux différents problèmes auxquels font face les deux pays. Suzi Carla Barbosa a donc salué les compromis trouvés à travers l'accord cadre et les différents accords, afin de traduire en actes concrets la volonté politique des présidents Roch Marc Christian Kaboré et Umaro Sissoco Embalo en vue du raffermissement d'un partenariat déjà fructueux.

« Nous ne ménagerons aucun effort à mobiliser les moyens financiers et techniques à la promotion d'un cadre propice à l'amélioration des indicateurs de développement des deux parties », a-t-elle promis. Pour sa part, le ministre en charge des affaires étrangères burkinabè, Alpha Barry s'est réjoui de l'esprit de cordialité, de franchise et de courtoisie qui a caractérisé les échanges, reflétant ainsi la qualité de la coopération entre les deux pays et leurs dirigeants et traduisant la vision commune de Roch et Embalo de dynamiser l'axe Ouaga-Bissau et d'en faire un modèle de coopération Sud-Sud réussi. « Je tire une légitime satisfaction des conclusions qui permettent de jeter une base solide de notre coopération », a-t-il laissé entendre. Avant de promettre un suivi « rigoureux » de la mise en œuvre de ces accords, étant donné que la volonté politique y est déjà.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X