Ethiopie: Au Tigré, le désarroi des habitants de Mekoni après la destruction de l'entreprise agricole

Un travailleur humanitaire distribue de la nourriture et d'autres bricoles à Mekele, dans le Tigré.

En Éthiopie, en moins de deux jours coup sur coup, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne ou encore le Canada ont demandé un cessez-le-feu au Tigré. Le conflit a fait des milliers de morts et entraîné également des dégâts considérables. De nombreuses infrastructures ont notamment été pillées ou détruites. Reportage dans la localité de Mekoni, où une grande entreprise agricole a été attaquée au début du conflit.

Les enclos de l'entreprise Aleka Moges sont vides. Les 800 vaches, les chèvres, les poulets, les machines... tout a été volé ou détruit. Les employés accusent des miliciens Amharas, ayant conquis le Sud du Tigré d'avoir attaqué.

Le propriétaire Abadinu Gusa raconte : « Ils accusaient l'entreprise d'appartenir à l'ancien pouvoir, mais c'est faux. On a tenté de se protéger avec des bâtons. On les a stoppés pendant une heure. Mais ils sont revenus trop nombreux. On a été submergés. Des soldats étaient là, ils ont refusé de nous aider. Une dizaine d'employés ont été blessés. Je pense que les Amharas ont fait ça pour affamer peu à peu le Tigré. »

Quelques employés sont encore sur place. Ibra Khaday était superviseur depuis deux ans. Lui aussi a tenté de protéger l'entreprise, en vain : « On a essayé de se battre. Mais ils étaient armés. On était terrifiés et on a dû fuir. Tout le monde était tellement heureux de travailler ici. Après l'attaque, j'ai pleuré pendant des jours et des jours. C'est comme si on avait perdu notre propre maison. »

Aujourd'hui l'entreprise ne fonctionne plus, mais reste la cible de pillards. Une douzaine de gardes ont été recrutés. Meresa patrouille avec son fusil pour protéger encore ce qui peut l'être : « Ils profitent de l'opportunité après l'attaque. Ils sont intéressés par le métal et certaines pièces qui restent. Ils viennent la nuit avec des bâtons et même des armes à feu. Ça m'est arrivé de tirer et il faut être vigilant. »

Le propriétaire affirme que des contacts ont aperçu les animaux et le matériel volés circuler en zone Amhara. Mais il ne croit pas pouvoir les récupérer un jour.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X