Namibie: L'Allemagne reconnaît avoir commis un « génocide »

Les massacres perpétrés par les troupes coloniales allemandes (1904-1908 ) sont considérés comme le premier génocide du XXe siècle. Après moult négociations avec la Namibie, l'Allemagne a reconnu avoir commis un génocide et s'est engagée à réparer par des aides au développement.

Les négociations ont duré Cinq ans avant d'aboutir à un accord. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Mass, a enfin déclaré : « Nous qualifierons maintenant officiellement ces événements pour ce qu'ils sont, un génocide ». Puissance coloniale dès 1884, l'Allemagne aura réprimé, commis des massacres de masse, installé des camps de concentration en Namibie et fait 80 000 victimes au début du 20e siècle, lors des révoltes des tribus herero et nama.

Nous sommes en 1904, l'Allemagne décide de priver les Hereros de leurs terres et de leur bétail. Les populations se révoltent contre la puissance coloniale. La répression est féroce. « Tout Herero avec ou sans arme, avec ou sans bataille doit être abattu », ordonnera le général Lothar von Trotha. Les Namas qui se révolteront, un an après, subiront le même sort.

L'Allemagne quittera la Namibie en 1915. C'est le début de la Première Guerre mondiale. Le Traité de Versailles en 1919 met fin à la présence coloniale en Afrique et ailleurs. Après la Seconde Guerre mondiale, le travail de mémoire, se focalise en Allemagne sur le Troisième Reich et les crimes du nazisme. Son passé colonial passera à l'arrière-plan. Un siècle après, une ministre allemande présente des excuses pour les « atrocités » commises. 2008, l'ambassadeur namibien à Berlin réclame la restitution de crânes envoyés en Allemagne pour des expériences scientifiques un siècle plus tôt. Des ossements de guerriers hereros et namas sont restitués à la Namibie. Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, pourrait se rendre prochainement dans ce pays pour demander officiellement pardon du fait des crimes commis.

1,1 milliard d'euros seront versés sur 30 ans à la Namibie. Pas d'indemnisations individuelles. Pour Berlin, l'introduction du terme de « génocide » en droit international, après la Seconde Guerre mondiale, est sans effet rétroactif. Ce qui ne permet pas une reconnaissance formelle. Berlin va soutenir sur 30 ans des projets d'infrastructures au profit de la population herero et nama.

Le gouvernement namibien a estimé qu'il s'agissait d'un « pas dans la bonne direction ». Mais un représentant de la minorité herero, Vekuii Rukoro, estime que l'accord n'est qu'un « show » et menace de boycotter une cérémonie au Parlement namibien, en présence du président allemand, Steinmeier. Il dénonce l'absence d'indemnisations pour les descendants des victimes du génocide; mais envisage de saisir la cour internationale de La Haye, même si celle-ci n'accepte que les plaintes des États. L'accord trouvé sera signé par les ministres des Affaires étrangères allemand et namibien.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X