Guinée: « La France doit appeler à la libération des militants détenus arbitrairement en Guinée »

Forces de l'ordre
communiqué de presse

Plusieurs organisations de défense des droits humains dénoncent « l'absence de réaction forte de la communauté internationale » face à la « répression brutale » qui s'est abattue sur le pays.

Depuis 2019 et l'annonce d'une réforme de la Constitution qui a permis au président Alpha Condé de se présenter à un troisième mandat, nos organisations n'ont cessé de dénoncer la dégradation des droits humains en Guinée. Face à cette situation, l'absence de réaction forte de la communauté internationale, notamment de la France et de l'Union européenne (UE), a été reçue par Conakry comme une carte blanche donnée à la répétition des violations. L'appel lancé fin janvier par le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à « faire toute la lumière » sur la situation des opposants en prison, est également resté lettre morte.

Avant et pendant la tenue du référendum constitutionnel et des élections législatives du 22 mars 2020, une répression brutale s'est abattue sur le pays. Des manifestations ont été interdites de manière abusive. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur les protestataires, faisant des dizaines de morts et de blessés. Des militants politiques, notamment du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), et des membres de la société civile ont été arbitrairement arrêtés.

Des discours de haine proférés par des candidats politiques et des affrontements entre partisans du gouvernement et de l'opposition ont également rallumé des tensions ethniques, engendrant des violences intercommunautaires dans la ville de Nzérékoré. La grande majorité des plaintes déposées par les proches des personnes blessées ou tuées lors des manifestations n'ont pas abouti à des poursuites judiciaires. Beaucoup de familles n'ont d'ailleurs pas osé le faire, par crainte de représailles, manque de moyens ou absence de confiance dans les autorités.

A La Une: Droits de l'Homme

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X