Afrique: Une nouvelle feuille de route de 50 milliards USD dans les domaines de la santé, du commerce et des finances pour mettre fin à la pandémie et garantir une reprise mondiale

Les dirigeants du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de l'Organisation mondiale de la Santé et de l'Organisation mondiale du commerce lancent aujourd'hui un appel extraordinaire aux chefs de gouvernement pour qu'ils débloquent des financements qui permettront de mettre fin plus rapidement à la pandémie de COVID-19.

Les dirigeants du FMI, de la Banque mondiale, de l'OMS et de l'OMC appellent à investir 50 milliards USD pour générer un gain économique mondial de 9000 milliards USD d'ici 2025 et accroître la capacité de fabrication, les approvisionnements et les flux commerciaux de produits de diagnostic, d'oxygène, de traitements, de fournitures médicales et de vaccins, et assurer leur distribution équitable.

Le groupement quadrilatéral lance cet appel à un stade critique de la pandémie et au moment où se termine une Assemblée mondiale de la Santé historique et où commencent les réunions du G7, à la suite du Sommet mondial du G20 sur la santé.

Il faut sans plus attendre faire don de doses aux pays en développement en respectant les plans nationaux de déploiement des vaccins, y compris par l'intermédiaire du Mécanisme COVAX, qui est codirigé par la CEPI, l'Alliance Gavi et l'OMS, en collaboration avec l'UNICEF, qui est un partenaire d'exécution essentiel.

Les chefs des principales organisations mondiales dans les domaines du financement, de la santé et du commerce se sont unis pour exhorter les responsables gouvernementaux à financer d'urgence une nouvelle feuille de route de 50 milliards USD afin d'assurer plus rapidement la distribution équitable des produits nécessaires pour mettre fin à cette pandémie qui, depuis 18 mois, fauche des vies et anéantit des moyens de subsistance, et pour jeter les bases d'une reprise véritablement mondiale et accroître la sécurité sanitaire.

Dans une déclaration publiée par les journaux du monde entier, les dirigeants du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de l'Organisation mondiale de la Santé et de l'Organisation mondiale du commerce [Kristalina Georgieva, Tedros Adhanom Ghebreyesus, David Malpass et Ngozi Okonjo-Iweala] ont souligné que les gouvernements devaient agir sans plus attendre, au risque de voir se produire d'autres vagues et des flambées explosives de COVID-19 et apparaître des variants du virus plus facilement transmissibles et plus dangereux qui nuiront au redressement mondial.

Les dirigeants des quatre organisations ont déclaré : « Il est désormais clairement établi qu'il n'y aura pas de reprise généralisée tant que la crise sanitaire ne sera pas terminée. L'accès à la vaccination est essentiel dans les deux cas. » La déclaration conjointe s'appuie sur une analyse faite récemment par le personnel du FMI, d'après laquelle un nouvel investissement de 50 milliards USD est nécessaire pour accroître la capacité de fabrication, l'approvisionnement, les flux commerciaux et la mise à disposition des produits de diagnostic, de l'oxygène, des traitements, des fournitures médicales et des vaccins, et assurer ainsi plus rapidement leur distribution équitable. L'argent injecté relancerait aussi la croissance économique partout dans le monde. « Pour un coût estimé à 50 milliards USD, [cet investissement] mettra fin plus rapidement à la pandémie dans les pays en développement, réduira le nombre d'infections et de décès, accélérera la reprise économique et générera quelque 9 000 milliards USD en gains de production supplémentaires à l'échelle mondiale d'ici 2025 », ont déclaré les dirigeants.

L'appel fait écho aux analyses de la Chambre de commerce internationale et du Groupe Eurasia, qui toutes deux présentent des arguments en faveur d'un investissement relativement modeste des États par rapport aux billions dépensés en plans de relance nationaux et aux billions de pertes de production économique. Mais l'élément crucial de cet investissement est qu'il stimule la vaccination dans le monde et remédie au manque d'équité. Il faut « revoir notre ambition à la hausse et vacciner plus rapidement davantage de personnes : l'OMS et ses partenaires du Mécanisme COVAX se sont fixé pour objectif de vacciner environ 30 % de la population dans tous les pays d'ici la fin de 2021 », ont déclaré les quatre dirigeants. « Toutefois, d'autres accords et de nouveaux investissements permettraient même d'atteindre 40 % de la population et au moins 60 % à la fin du premier semestre de 2022. »

Les gouvernements sont instamment invités à saisir l'occasion d'investir pour augmenter les approvisionnements en vaccins, en oxygène, en tests et en traitements. Les dirigeants du FMI, du Groupe de la Banque mondiale, de l'OMS et de l'OMC ont lancé leur appel à la clôture de l'Assemblée mondiale de la Santé et au moment où va démarrer une série de réunions du G7 - tout d'abord une réunion des ministres des finances à la fin de la semaine - et à la suite du Sommet mondial sur la santé coorganisé par l'Union européenne et l'Italie, qui préside le G20.

« Pour pouvoir multiplier les injections de toute urgence, il faut sans plus attendre faire don de doses aux pays en développement en respectant les plans nationaux de déploiement des vaccins, y compris par l'intermédiaire du Mécanisme COVAX », ont déclaré les quatre dirigeants. « La coopération sur les questions liées au commerce est également nécessaire pour garantir la libre circulation entre les pays et l'augmentation des approvisionnements en matières premières et en vaccins finis. »

Les dirigeants du FMI, du Groupe de la Banque mondiale, de l'OMS et de l'OMC doivent participer à une conférence de presse conjointe mardi 1er juin pour présenter la nouvelle feuille de route commune devant permettre de mettre fin à la pandémie et d'amorcer une reprise rapide et véritablement mondiale.

Note aux rédacteurs :

Conférence de presse

Les journalistes sont invités à une conférence de presse spéciale donnée par les chefs des quatre organisations, qui aura lieu aujourd'hui 1er juin, à 17 heures, heure de Genève.

Participer à la conférence de presse : https://who-e.zoom.us/j/96644040574 ; mot de passe : [email protected]

Participer par téléphone : N° du webinaire : 966 4404 0574

Mot de passe numérique pour l'accès téléphonique : 4764503

Numéros internationaux disponibles : https://who-e.zoom.us/u/abbe2jdjyG

Regarder en ligne : il est également possible de suivre la conférence de presse sur les chaînes de l'OMS sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook, LinkedIn et YouTube.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X