Congo-Kinshasa: Les défenseurs des droits de l'homme s'engagent contre les discours de haine

communiqué de presse

Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme a organisé le 1er juin 2021 à Kinshasa, une journée de formation des formateurs sur les discours et messages incitatifs à la haine en RDC. Vingt cadres de la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH), du Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC) et du Ministère des Droits humains, dont 4 femmes, ont pris part à cette formation.

La cérémonie d'ouverture de cette formation a été présidée par le Directeur du BCNUDH, Abdoul Aziz Thioye, le Président de la CNDH, Mwamba Mushikonke et le Directeur de cabinet du ministère des Droits humains, Me Antoine Ntambu, représentant du Ministre.

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .

En effet, un regain de discours et messages incitatifs à la haine est observé en RDC depuis les élections du 30 décembre 2018, caractérisés notamment par l'intolérance et des propos à caractère tribal dans les meetings populaires et même dans les médias de certaines provinces du pays ; aussi par l'activisme des certains groupes armés qui a occasionné la montée des discours de haine et des tensions intercommunautaires dans l'Est du pays.

Dans son rapport sur les discours et messages incitatifs à la haine publié en mars 2021, le BCNUDH a documenté 30 cas probables qui regroupent notamment des attaques tribalistes, sexistes et misogynes provenant de personnalités et militants de partis politiques, des leaders communautaires, d'acteurs de la société civile et de membres de la diaspora congolaise.

Ces actes pourraient s'expliquer notamment par l'absence de l'expression d'une volonté politique forte pour les combattre, la participation et la représentation limitées, parfois inexistantes, des minorités ethniques, culturelles et religieuses au processus décisionnel dans la vie politique, culturelle et économique de leurs sociétés, a fait savoir le Directeur du BCNUDH, dans son mot d'ouverture de ces assises.

Pour sa part, le Directeur de cabinet du Ministre des Droits humains a, dans son intervention, relevé l'importance que revêt cet atelier de formation dans le contexte actuel de la RDC qui selon lui, constitue non seulement un cadre d'échanges, de réflexion mais aussi une opportunité aux participants de mieux appréhender les contours, les caractéristiques et les implications des discours de haine et ainsi de mieux cerner ce phénomène tant décrié en vue d'une meilleure sensibilisation.

La formation a porté sur l'introduction sur les discours et messages incitatifs à la haine : définition des termes, cadre juridique international et présentation de la stratégie et du plan d'action des Nations Unies pour la lutte contre les discours de haine ; le monitoring des discours et messages incitatifs à la haine : Discours de haine en opposition aux messages incitatifs à la haine, éléments constitutifs, plan d'action de Rabat définissant le seuil du message incitatif à la haine ; les jurisprudences sur les discours de haine : jurisprudences du Comité sur la discrimination raciale et jurisprudence de la RDC. Il s'en est suivi des travaux en groupes qui ont porté sur 4 cas pratiques sur les discours de haine connus en RDC.

A l'issue de cette formation, ces 20 cadres se sont engagés à s'inscrire dans le programme gouvernemental de consolidation de la paix en promouvant les discours de paix, de tolérance sociale et de non-discrimination en vue de prévenir la haine, les conflits, de même que les violations et abus des droits de l'homme. Ces derniers constitueront ensuite les points focaux « Discours de haine » au sein de leurs organisations respectives.

A La Une: Maintien de la Paix et Resolution des Conflits

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X