Cote d'Ivoire: Sos pour le Lycée moderne de Ferké - L'effectif moyen par classe est de 98 élèves

7.202 élèves, seul établissement à avoir un tel effectif dans l'ensemble de la région du Tchologo et même du District des Savanes. Même le lycée Houphouët-Boigny de Korhogo n'a pas un tel effectif. Aujourd'hui avec un tel effectif, le Lycée moderne de Ferkessédougou, qui laisse transparaître une fière allure, avec une très belle clôture, cache derrière celle-ci, une réalité, le lycée moderne est débordé, avec un nombre pléthorique d'élèves. La moyenne d'élèves par classe est de 98. La classe la plus peuplée est une classe de terminale avec un effectif de 117 élèves. De la 5ème à la seconde, les effectifs sont de 100 élèves voire plus. Profitant de la visite de l'Amicale des anciens élèves de Ferké dans la cité du Tchologo, c'est le constat amer fait.

Manque de salles de classe

Le nombre de classes pédagogiques est estimé à 78, mais les classes physiques sont de 58 classes. Pour résorber ce gros souci de suivi de cette masse d'élèves, les responsables de l'établissement sont obligés de faire la double vacation de la 6ème à la seconde. Par tous les moyens, il faut créer des salles de classes. Le bâtiment qui fait office de cantine a été scindé en deux, pour faire de l'autre moitié une salle de classe. Les bâtiments construits depuis que le lycée était Collège d'enseignement général (CEG) dans les années 70-80 et Lycée sont les mêmes à ce jour, les quelques bâtiments qui se sont ajoutés remontent aux années 90…

Depuis plus de 25 ans, aucun nouveau bâtiment n'a été ajouté au Lycée moderne de Ferkessédougou. Les tables-bancs offertes chaque année sont abandonnées derrière le bâtiment de l'Administration sous la pluie et le soleil. Dans des herbes, parce que le besoin n'est pas à ce niveau. A quoi sert-il d'avoir des tables-bancs s'il n'y a pas de salles de classe ? Parce que le besoin, c'est bien à ce niveau.

Manque criant d'enseignants, ceux qui restent fuient après seulement 2 ans de fonction

Autre problème que vit le Lycée Moderne de Ferké, le manque criard d'enseignants. Ce qui obligent les responsables à faire appel à des enseignants vacataires. Avec un effectif d'enseignants estimé à 117, chaque enseignant se retrouve avec 26 h de cours par semaine. Un surpoids de travail inestimable.

Avec de tels effectifs, combien d'évaluations peut bien faire un enseignant ? Quels autres sacrifices peut-il faire face à une telle réalité avec le nombre d'élèves par classe ? « Avec ça, il ne faut pas s'attendre à un miracle. On ne peut s'attarder sur un élève qui n'a pas bien assimilé un cours… » nous lance un enseignant. « Pour stabiliser, il nous faut 48 nouveaux enseignants » révèle un responsable. Dans un tel environnement, avoir de bons élèves avec de bons niveaux est une prouesse. Les professeurs qui se hasardent à y aller, sont obligés de demander à être affectés après deux ans de fonction dans ledit lycée, fuyant cette réalité. Aucune amélioration… Dans cette situation, faire les emplois du temps, c'est tout un casse-tête chinois.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X