Mali: Approvisionnement correct en électricité - 2 300 milliards d'investissement prévus sur les cinq prochaines années

C'est ce qu'a indiqué le directeur général de l'Energie du Mali (EDM), lors d'une récente rencontre avec la presse. A cette occasion, M. Oumar Diarra éclaire sur la problématique du sous-secteur de l'électricité. Aussi, il a expliqué que les contraintes d'exploitation de l'EDM sont liées à l'approvisionnement en hydrocarbures de leurs centrales et le problème de transit sur leurs liaisons. Pour lui, le règlement de ces problèmes nécessite un investissement d'envergure.

Au regard des coupures intempestives, le directeur général de l'EDM) se disculpe : « Nous sommes arrivés aux affaires en novembre 2020, nous avions procédé à une analyse très approfondie des causes des coupures et nous avions identifié deux causes principales.

La première cause était due à des contraintes sur l'approvisionnement en hydrocarbures de nos centrales. Cela s'expliquait aussi par beaucoup d'autres facteurs parce que nous avons un volume considérable de consommation d'hydrocarbures. Fort malheureusement en 2020, tous ces volumes étaient portés à plus de 85% par un seul fournisseur qui n'arrivait pas à y faire face ».

« Nous avons réglé ce problème pour 2021. Nous avons lancé un appel d'offre et nous avons mis sur les sites plusieurs fournisseurs. Mieux, chaque fournisseur principal a été suppléé par un fournisseur suppléant.

Pour permettre de prendre rapidement le relais en cas de défaillance du fournisseur principal. Maintenant, on entend plus parler de rupture de combustible sur nos sites. La deuxième cause était le problème de transit sur nos liaisons. Le réseau électrique se subdivise en trois : réseau de transport, réseau de répartition et réseau de distribution. Quand on produit, il faut passer par le réseau de transport, ensuite tu arrives sur le réseau de répartition qui te met sur le réseau de la distribution qui est la livraison au consommateur final. Ce qui se passe c'est que les réseaux de répartition sont totalement défectueux du fait de leur vétusté et du fait qu'ils n'ont pas été réhabilités depuis fort longtemps », ajoute Oumar Diarra.

Pour le patron de l'EDM, le règlement de ces problèmes nécessite un investissement d'envergure. « Le ministre lors de son point de presse l'a dit, on a parlé de 2 300 milliards d'investissement sur les cinq prochaines années. Ce montant, au regard de l'absence d'investissement dans le secteur depuis quelques décennies, n'est pas trop ambitieux pour le secteur », a-t-il rappelé.

Poursuivant, il ajoute : « Nous allons déployer ce plan. Déjà, une bonne partie des 2 300 milliards est mobilisée. Il y a 1 300 milliards qui sont déjà sous le coût du Partenariat Public-Privé. Donc, ce sont des privés qui vont investir et vendre l'énergie. Les due diligence sur cette partie ont été faits. Des contrats de concession sont signés. Il y a certains documents juridiques qui sont en cours de signature. Après, il y a 500 milliards dont le clausing financier est déjà fait. Il est porté par les bailleurs de fonds classiques comme la BOAD, la BID, etc. Ce qui reste à chercher, c'est 499 milliards. Nous allons lever ces 499 milliards sur la place à Bamako en organisant dans les semaines à venir une table ronde des investisseurs ».

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X