Congo-Kinshasa: Proposant la révision de l'article 10 de la Constitution - Dieudonné Tshibuabua plaide pour l'irrévocabilité de la nationalité congolaise d'origine

La fameuse problématique de la congolité ne cesse de susciter des réactions de milliers des congolais. Dans le souci de recadrer un certain nombre d'équivoques dans les chefs des congolaises et congolais, bien plus encore la classe politique RD Congolaise, Maître Dieudonné Tshibuabua a, dans une conférence organisée par le Mouvement pour l'Irrevocabilité de la Nationalité Congolaise d'origine (MINCO) vendredi 4 juin 2021 au Showbuzz dans la commune de la Gombe, alerté sur la nécessité de mettre en berne tous les discours à caractère discriminatoire contre les congolais ayant acquis une ou plusieurs autres nationalités.

Pour lui, l'amour du Congo est loin d'être une question d'avoir forcément une seule nationalité. Bien au contraire, c'est le sang coulant dans les veines qui crie congolais. Ainsi donc, Me Dieudonné Tshibuabua, à travers le Mouvement pour l'irrévocabilité de la Nationalité Congolaise d'Origine (MINCO), souhaite qu'un congolais qui, pour des raisons de convenance personnelle, a acquis une autre nationalité, ne perde pas sa nationalité congolaise d'origine.

La République Démocratique du Congo est à l'heure de la cohésion nationale, gage de son développement. A ce titre, elle a besoin de l'apport de ses fils et filles d'origine disséminés à travers le monde. Conscient de cette dynamique, Me Dieudonné Tshibuabua estime qu'il est venu le moment de réviser l'article 10 de la Constitution de la RDC qui stipule : «La nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurremment avec aucune autre. La nationalité congolaise est soit d'origine, soit d'acquisition individuelle. Est Congolais d'origine, toute personne appartenant aux groupes ethniques dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la République Démocratique du Congo) à l'indépendance. Une loi organique détermine les conditions de reconnaissance, d'acquisition, de perte et de recouvrement de la nationalité congolaise». Et pourquoi modifier ? Parce que la question de nationalité qui y est abordée, selon cet avocat au barreau de Bruxelles, est discriminatoire et restrictive des prérogatives d'une certaine catégorie de compatriotes.

Dans son intervention, Dieudonné Tshibuabua a appelé ses compatriotes à s'unir comme un seul homme pour sauver l'avenir de leur terroir de tout procès polémique. « Il est temps que les congolais se réveillent. Nous, nous défendons les congolais d'origine sans exclure qui que ce soit. Mais nous disons qu'un congolais d'origine ne peut pas perdre sa nationalité. C'est là où les gens font de l'amalgame. Quand nous parlons de ce sujet, il y en a qui pensent que nous plaidons pour la double nationalité. Non, nous plaidons pour l'irrévocabilité. Nous disons que les congolais d'origine, partout où il ira, il est congolais. Et la preuve est que quand vous regardez beaucoup de congolais d'origine j'insiste, qui ont acquis d'autres nationalités et qui sont à l'extérieur, ils se battent pour leur pays, ils ont le cœur pour leur pays », a-t-il mis en exergue. Allusion faite, par ce défenseur des droits de l'homme, aux prouesses de plusieurs congolais d'origine dans différents domaines de la vie qui défendent valablement les couleurs nationales à travers le monde, et qui sont toujours prêts à revenir au pays de leurs aïeux pour voler au secours de leurs frères et sœurs en détresse.

Me Dieudonné Tshibuabua, qui ne jure que par la modification de l'article 10 de la Constitution, a martelé, toujours dans sa logique de fustigation des faits, sur le fait que l'amour de la République Démocratique du Congo ne devrait pas être résumé en un papier administratif ou protocolaire. Et ce, en connaissance de cause. « Je pense que le discours du Chef de l'Etat aux Députés, au mois d'avril, il a été clair, il a dit la même chose. Ces gens-là qui sont à l'extérieur se battent pour le pays. Et c'est vrai, ils font la fierté du Congo. Parce qu'au-delà du papier qui n'est qu'un titre, ces personnes ont l'âme du Congo», a-t-il insisté pour interpeller la classe politique congolaise à un débat de haut niveau et à plus de responsabilité.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X