Madagascar: Meurtre de Danil Radjan - Les avocats des accusés demandent une mise en liberté

Acquittés du meurtre de Danil Radjan, jeudi, Lionel Lelièvre et ses trois collègues resteront en prison, selon le ministre de la Justice. Leurs avocats demandent leur élargissement immédiat.

Toujours sous le feu des projecteurs. Le main tien en détention de Lionel Lelièvre et ses trois coaccusés, annoncé le lendemain de leur procès, a surpris plus d'un.

L'ex-légionnaire français et trois de ses collaborateurs dans sa société de sécurité COPS, incriminés pour l'assassinat de Danil Radjan, ont été acquittés au bénéfice du doute par la cour criminelle ordinaire, jeudi.

« Je pense que la sentence devrait encore être approfondie. Donc, j'ai ordonné le procureur général d'annuler d'abord ce jugement et de l'examiner au niveau de la cour de cassation. Ces ordres veulent dire que les accusés resteront encore en prison jusqu'à ce que l'arrêt de la cour soit rendu », a expliqué le ministre de la Justice Johnny Richard Andriamahefarivo, en fin de semaine dernière.

Absout

Les avocats de Lionel et ses collègues ont répliqué, hier, en avançant et éclaircissant certains points juridiques. « Aucun titre de détention n'est actuellement valide pour justifier le maintien en détention de nos clients acquittés et c'est pourquoi nous demandons leur élargissement immédiat pour qu'il n'y ait pas de détention arbitraire », ont souligné Me Njivasoa Nathalie Rambeloson et ses pairs.

« Si l'accusé est absout ou acquitté, il est immédiatement mis en liberté, s'il n'est retenu pour autre cause, comme le prévoit le code de procédure pénale... La cour de cassation n'est pas un troisième degré de juridiction, elle ne juge pas de la culpabilité ou non d'un accusé. Elle a pour mission de vérifier si la cour criminelle n'a pas violé les règles de droit en rendant sa décision », ont-ils asséné.

De son côté, la partie civile s'en remet entièrement aux autorités françaises, suite à la saisine du parquet de Paris.

Lors du procès de jeudi, les juges composés d'un magistrat professionnel et des représentants du peuple qui sont les assesseurs n'ont pas retenu comme preuve culpabilisant Lionel et les trois Malgaches leurs aveux « extorqués ».

Plus de: L'Express de Madagascar

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X