Mali: Assimi Goïta investi, son discours chargé de promesses

Le colonel malien a prêté serment pour présider la transition. Il a pris des engagements et fait des promesses aux Maliens et aux partenaires extérieurs.

Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte qui avait renversé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, a prêté serment ce lundi matin (07.06.2021) à Bamako et devient donc le nouveau président de la transition.

L'investiture s'est déroulée deux semaines après l'arrestation par les militaires du président Bah N'Daw et son Premier ministre, Moctar Ouane. Ces arrestations ont attiré les foudres de la communauté internationale sur le Mali.

Après avoir été suspendu par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest et l'Union africaine, la France avait décidé de suspendre temporairement les opérations conjointes de la force antiterroriste Barkhane.

Des engagements et des promesses

Dans son discours, le fraîchement investi président s'est pourtant voulu rassurant envers son peuple et ses partenaires internationaux.

A l'audience du Centre international des conférences de Bamako, le colonel Assimi Goïta s'est montré inclusif, évoquant les agriculteurs comme les éleveurs en référence aux conflits intercommunautaires, et rassembleur, notamment concernant les coupes budgétaires du train de vie de l'Etat.

"D'ores et déjà, j'ai décidé d'annuler les deux tiers du fonds de souveraineté du président... ", a déclaré le colonel, déclenchant des ovations du public.

Il promet de soutenir les secteurs de la santé et de la redistribution de l'eau potable sur l'ensemble du territoire. Un discours plein de promesses, donc, dans lequel le colonel s'est engagé à se battre pour apaiser les tensions.

Des discussions avec les syndicalistes

"L'amélioration de vie des Maliens sera un souci constant pour le nouveau gouvernement à venir. Elle sera recherchée de façon intelligente pour ne pas fragiliser l'équilibre budgétaire et ne pas compromettre les investissements. Ainsi, je vais demander au nouveau gouvernement qui sera mis en place, d'engager un dialogue franc et sincère avec l'ensemble des syndicats pour une résolution durable de la crise actuelle", annonce le président de la transition investi dont les propos suscitent déjà des réactions.

"C'est un bon début", pense Lamine Savané, mais selon ce politologue de l'Université de Ségou, il faudra que le nouveau président aille au delà des discours.

"Je pense qu'il sera surtout jugé sur sa volonté de lutte contre l'injustice et contre l'impunité, qui restent, à mon avis, deux maux cardinaux de la crise que traverse le Mali aujourd'hui", ajoute Monsieur Savané.

Le président fraîchement investi a également tenu à rassurer les partenaires internationaux, qui ont imposé des sanctions au Mali, en leur promettant que les délais de la transition seront respectés et que des élections justes et transparentes seront bien organisées.

D'ailleurs, dans la foulée de l'investiture, Assimi Goïta s'est empressé de nommer son Premier ministre : Choguel Maïga. Tête pensante du M5-RFP, mouvement qui avait lutté contre le pouvoir d'Ibrahim Boubacar Keïta, il est un civil, ce qu'attendait la communauté internationale. Reste à voir comment le duo fonctionnera. Réponse dans les mois à venir.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X