Ile Maurice: Enième tentative de recouvrer la liberté - Le capitaine Sunil Kumar Nandeshwar débouté

MV Wakashio: retour sur le pire désastre écologique du pays

«Nous sommes convaincus que la magistrate a effectué une analyse appropriée de l'ensemble de la preuve au dossier et nous estimons que, dans les circonstances, sa conclusion de rejeter la demande de remise en liberté du suspect, ne peut être contestée. Elle a mené un balancing exercise.»

Les deux juges Iqbal Maghooa et Mohana Naidoo ont rejeté ce 7 juin, la requête du capitaine de Wakashio, Sunil Kumar Nandeshwar. Ce dernier s'était tourné vers la Cour Suprême pour interjeter appel du 'ruling' de la Bail and Remand Court le 12 janvier, rejetant sa motion de liberté conditionnelle.

En effet, après avoir fait l'objet d'une nouvelle accusation provisoire de 'violation of the rules governing innocent passage for having failed to ensure that such passage through the territorial sea is incidental to ordinary navigation and is continuous and expeditious and not prejudicial to the good order of Mauritius', en violation de la Maritime Zones Act 2005 et les articles 18(1)(b), (2), 19(1) et 2(1) of the United Nations Convention of the law of the sea (UNCLOS) of 10 December 1982, le capitaine avait déposé un affidavit pour dire qu'il s'adhérerait aux conditions imposées sur lui s'il est remis en liberté .

Or, l'ASP Roshan Kokil, enquêteur dans cette affaire, avait soutenu que Sunil Kumar Nandeshwar, qui avait déjà navigué dans les eaux mauriciennes à plusieurs reprises, pourrait facilement en tant que personne 'familière' des routes maritimes, prendre la fuite dans le but de s'échapper à une peine sévère de la cour de plus de cinq ans ou d'une amende de Rs 30 millions, s'il est reconnu coupable. Le haut gradé s'est d'ailleurs appesanti sur le fait que le ressortissant indien de Madhya Pradesh, n'a pas de proches à Maurice et que, du coup, il n'a rien à perdre s'il quitte le territoire mauricien.

Tandis que le représentant de la Mauritian Seafarers Home Society a accepté de fournir un logement au suspect, l'enquêteur principal Kokil a quant à lui, évoqué que le logement se trouve à la Mer Rouge, qui est situé à deux kilomètres de la zone portuaire et que la place mentionnée n'était pas sécurisée.

Après avoir été confrontés aux affidavits des parties concernées, les deux juges estiment que la magistrate qui a affirmé qu'aucune condition stricte ne peut être imposée sur Sunil Kumar Nandeshwar, s'est conformée à l'article 4 (3) de la Bail Act.

« Elle a tenu compte la nature de preuves présentées et les conditions telles que se présenter à la police et informer la police de ses allées et venues, résider dans un lieu de résidence fixe et rester constamment en contact avec la police pour faire le point sur ses déplacements ne seraient pas suffisants pour permettre à la police une supervision adéquate sur les activités, interactions et mouvements du demandeur sur une base de 24 heures. » disent les juges.

Pour toutes ces raisons, le capitaine du Wakashio a essuyé un revers à la suite de la décision des juges Maghooa et Naidoo.

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X