Nigeria: Les médias nigérians vent debout contre la demande de suspension de leurs comptes Twitter

Twitter.

Au Nigeria, alors que les autorités ont coupé vendredi 4 juin l'accès à Twitter, l'organe de régulation audiovisuelle, la National Broadcasting Commission (NBC), demande aux médias de suspendre leurs comptes du réseau social. Ceux-ci ont réagi.

« Sera considéré comme anti-patriotique tout média audiovisuel s'il continue à utiliser Twitter, qui est suspendu », indique le communiqué de la NBC.

Les partenaires internationaux dans un communiqué conjoint ont estimé qu'une telle mesure n'était pas la solution.

Si les médias audiovisuels respectent la mesure de la NBC, de peur d'amendes ou de poursuites, les médias écrits poursuivent ce soir leurs activités sur ce réseau social, via leur réseau privé virtuel (VPN). La profession s'engage contre cette mesure. « Nous ne sommes pas inquiet car c'est notre travail et il doit être fait », déclare le directeur de publication de Premium Times.

Contacté par RFI, le syndicat national des journalistes nigérians dénonce une mesure qui « va absolument à l'encontre de la liberté de la presse et de la liberté d'expression, s'insurge le président du syndicat, Emmanuel Ogbeche. Lorsque vous commencez à bloquer l'accès à une plateforme majeure qui sert la population comme Twitter, comment alors les médias peuvent-ils rendre des comptes aux gens ? Ceci n'est pas bien, nous trouvons cela contestable, nous trouvons cela dérangeant. Nous espérons que le gouvernement nigérian va corriger ce déséquilibre aussi rapidement que possible. »

Le syndicaliste précise que des discussions sont engagées avec le gouvernement pour permettre aux médias audiovisuels de reprendre leurs activités sur le média social Twitter. Ce dialogue est « en cours depuis que le très controversé Broadcasting Code a pris effet. Nous continuerons à dialoguer avec le gouvernement dans l'espoir que cet article de ce code soit retiré. Nous continuerons a nous engagé dans cette voie parce que le dialogue reste la seule option pour nous la seule option pour nous de remédier aux lacunes des réglementations et des codes existants dans l'industrie de la radiodiffusion ».

Vendredi soir, le ministère de l'Information et de la Culture avait annoncé que le gouvernement suspendait pour une durée indéterminée les services du réseau social suite à la suppression d'un tweet du président Buhari, estimant qu'il enfreignait ses règles d'utilisation en matière de conduite haineuse.

A La Une: Presse et Média

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X