Ethiopie: Le système bancaire du Tigré s'est en partie écroulé

De nombreuses banques de la région du Tigré en Ethiopie ont été détruites ou pillées et sont fermées. Ici à Aksoum, une des rares banques ouvertes avec une longue file d’attente. Les gens attendent des heures pour pouvoir retirer du liquide ou réaliser des transactions. Mai 2021.

En Éthiopie, le conflit continue dans la province du Tigré. Il a fait des milliers de morts et entraîné également des dégâts considérables. De nombreuses infrastructures ont notamment été pillées ou détruites.

Ils sont des dizaines à attendre dans une longue file s'étirant autour de la Banque commerciale d'Éthiopie. Pour Mobratu, venu pour retirer de l'argent liquide, c'est du jamais vu. « Ca n'existait pas avant la guerre. Regarder les gens attendre comme ça, c'est triste. En plus, parfois il y a de l'argent, d'autres fois non. Et les retraits sont limités à 100 dollars. Or cet argent est vital pour ma famille. On a besoin d'acheter à manger. 100 dollars c'est trop peu. »

« Tous les distributeurs sont en panne »

Des habitants de toute la région viennent à Aksoum. Hagos habite à Adwa, une ville à une trentaine de kilomètres vers l'Est. Il attend son tour depuis deux heures. « Les banques sont toutes fermées et tous les distributeurs sont en panne. C'est la seule ouverte dans la région. J'ai dû payer le transport et en général il y a 5h d'attente. Des fois, j'échoue parce que l'agence ferme à 14h. »

Une stratégie ?

Les clients qui ont pu entrer et effectuer leur opération ressortent généralement soulagés. Tohadu a pu payer une facture en retard. « Je suis en partie heureux d'avoir réussi. Certains se mettent dans la file et vous vendent leur place pour trois dollars. Donc j'ai gagné du temps. J'ai de la chance, car parfois la banque n'a pas d'argent et vous attendez pour rien »; Beaucoup de Tigréens estiment que le pillage, la destruction et la fermeture des banques fait partie d'une stratégie pour plonger les habitants dans la pauvreté et faire en quelques sortes revenir la province à l'âge de pierre.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X