Cote d'Ivoire: Pdci-Rda - Bédié satisfait du travail des femmes secrétaires générales de section

Les femmes secrétaires générales de section du Pdci-Rda, réunies au sein d'une association, étaient le 5 juin à Daoukro pour rencontrer le président de leur parti. Henri Konan Bédié s'est dit satisfait du travail abattu par ces braves femmes pour la survie de leur parti.

« Mes chères sœurs militantes du Pdci-Rda, mes chères sœurs secrétaires générales de section du Pdci-Rda, je vous souhaite la bienvenue à Daoukro. Vous êtes la base, le socle du Pdci-Rda en tant que secrétaires générales de section. Vous êtes chargées de la vie, de l'animation de ce parti. Votre travail est immense, c'est un travail de défis, exaltant, malgré les difficultés sur le terrain. Contre toutes ces difficultés, vous avez opposé une forte volonté de réussir et vous avez réussi. Les décorations qui vous ont été décernées récemment témoignent de votre réussite. Vous êtes non seulement l'origine, mais aussi l'avenir du Pdci-Rda ». Tels sont les propos que Konan Bédié a tenus à l'endroit de ses visiteuses.

La secrétaire exécutive du Pdci-Rda chargée des femmes, Adèle N'Dabien, a donné l'objet de leur visite : « Nous nous réjouissons d'être parmi vous aujourd'hui pour vous remercier de l'autorisation que vous nous avez accordée afin de constituer le groupe de la coordination des secrétaires générales de section des femmes. Pour ce faire, vous avez été animé d'une volonté, celle de rechercher les voies et moyens les plus efficaces pour servir le Pdci-Rda ». Avant de réaffirmer l'attachement des secrétaires générales de section au président du parti. Elle a, au nom de celles-ci, promis de poursuivre les missions qu'il leur a confiées.

Adèle N'Dabien a exhorté les secrétaires générales de section venues de différentes contrées du pays à plus d'engagement pour porter haut le flambeau du plus vieux parti de Côte d'Ivoire. Georgette Amani, porte-parole des secrétaires générales de section, a exprimé au président Bédié la compassion de cette coordination de femmes.

« Monsieur le président, c'est pour nous l'occasion de vous saluer et vous dire yako, à la suite des tristes événements du 3 novembre 2020, après l'arrestation de vos collaborateurs, mais surtout votre séquestration. Nous venons témoigner notre affection et surtout vous demander pardon car ce jour-là, nous n'avons pas su vous défendre comme il se devait. Nous saluons votre bravoure », a-t-elle conclu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X