Centrafrique: France-Centrafrique - Paris suspend sa coopération militaire avec Bangui

Sur fond de tension avec la Russie, la France a suspendu sa coopération militaire avec la Centrafrique. Paris juge Bangui « complice » d'une campagne anti-française, dont Moscou serait aux manettes.

Auparavant, Paris avait annoncé le gel de son aide budgétaire à Bangui, qu'elle avait jugé « complice » d'une campagne anti-française téléguidée par Moscou, a indiqué la ministre des armées Florence Parly dans un communiqué. La République française reproche aux autorités centrafricaines d'avoir pris « des engagements qu'elles n'ont pas tenus », sur le plan politique envers l'opposition et sur le comportement vis-à-vis de la France, « cible d'une campagne de désinformation massive en RCA [ ... ] Les Russes n'y sont pas pour rien, mais les Centrafricains sont au mieux complices de cette campagne », peut-on lire dans un communiqué.

La France a interrompu les entraînements militaires affectés aux Faca (Forces armées centrafricaines), sans donner plus de détail sur les autres aides militaires gelées. On apprend que qu'en fin avril dernier, Paris avait rappelé ses cinq coopérants militaires en poste au ministère centrafricain de la défense. Cette décision intervient alors que la Centrafrique s'est tournée vers la Russie pour l'aider à défendre son territoire contre les rebelles. Le président Faustin Archange Touadéra entretient depuis quelques années des relations avec l'administration de Vladimir Poutine. Son conseil à la sécurité nationale est un Russe, nommé Valery Zakharov.

Se prononçant sur l'aide militaire russe et le partenariat russo-centrafricain, le chef de la diplomatie centrafricaine, Baïpo-Temon, a déclaré : « Le multilatéralisme essaie de tenir bon face à cette crise, mais il est aussi important qu'au niveau national, chaque pays puisse identifier d'autres potentialités, ce qui est totalement compréhensible », tout en rappelant que les liens étaient historiques entre son pays et la France et malgré les divergences, ils ne sont pas rompus.

Cette décision de Paris intervient alors que l'influence de la Russie gagne du terrain dans l'ancien pré carré français. En Centrafrique, Moscou a livré des armes aux Faca, au début de l'année 2018, et a installé un important contingent d'instructeurs. En décembre dernier, la Russie aurait dépêché des paramilitaires du groupe de sécurité privé russe Wagner pour « mâter » la rébellion face au président Faustin Archange Touadéra. Une version contestée par la Libye.

Avant la Centrafrique, la France avait suspendu sa coopération militaire avec le Mali, après le deuxième coup d'Etat. Elle continue, cependant, de contribuer à la mission européenne EUTM-RCA, avec une centaine de militaires sur environ 200 pour la formation des Faca, et une dizaine de militaires dans le cadre de la Mission des Nations unies en Centrafrique, qui compte 12 000 Casques bleus.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X