Sénégal: Un cadre de concertation en gestation sur les problèmes du pastoralisme

Kaffrine — Le Programme de développement durable des exploitations pastorales au Sahel (PDEPS) milite pour un cadre départemental de concertation du pastoralisme à Kaffrine (centre), avec l'ambition d'arriver à une meilleure prise en charge des préoccupations des acteurs du secteur.

Dans cette optique, le Programme de développement durable des exploitations pastorales au Sahel a organisé un atelier tenu lundi et mardi dans la capitale du Ndoucoumane.

"L'objectif de cette rencontre est d'installer un cadre départemental de concertation de l'ensemble des acteurs du pastoralisme et de la transhumance", a expliqué le chef d'antenne du PDEPS à Kaffrine et Tambacounda.

Selon Aliba Sow, ce cadre placé sous l'autorité du préfet de Kaffrine, "va permettre de prendre en charge l'ensemble des préoccupations du milieu pastoral et essayer de les résoudre".

Les acteurs du pastoralisme sont dans ce cadre appelés à se réunir régulièrement pour arrêter des priorités déclinées sous formes d'un plan d'actions axé sur la gestion des conflits entre agriculteurs et paysans, des feux de brousse, entre autres problèmes.

Le Programme de développement durable des exploitations pastorales au Sahel intervient dans les 4 régions du département de Kaffrine, dans lesquels il compte mettre l'accent sur les filières lait et petits ruminants, selon Aliba Sow.

"Un volet important, en équipements et en infrastructures pour l'élevage, les forages et parcs à vaccination, sera réalisé au cours de ce projet", a-t-il ajouté.

Il a évoqué un autre volet relatif à la gestion des ressources naturelles et qui vise la réalisation de 30 unités pastorales.

Le PDEPS est un projet financé à hauteur de 19 milliards CFA par la Banque africaine de développement (BAD), de concert avec l'Etat du Sénégal.

Prévu pour 5 ans, il a démarré "il y a deux ans mais a accusé un retard dû au contexte de la pandémie", a précisé Aliba Sow.

Plus de: APS

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X