Congo-Kinshasa: Assemblée provinciale de Kinshasa - Le ministre de l'Intérieur Sam Leka destitué pour outrage

Après le Vice-Gouverneur Néron Mbungu, les élus provinciaux de Kinshasa ont décidé le départ du Ministre provincial, en charge de l'Intérieur, Sécurité, Justice et Affaires coutumières, Sam Leka, du gouvernement provincial de Kinshasa.

Visé par une motion de défiance initiée contre lui par le député Labongo Bula Bula, en date du 3 juin 2021, le ministre provincial Sam Leka était attendu à la plénière d'hier lundi 7 juin 2021 à l'hémicycle, pour présenter ses moyens de défense.

Contre toute attente, il a préféré se rendre en Allemagne pour signer un contrat sur le projet de construction des logements sociaux avec une firme allemande, que de se présenter devant les élus de Kinshasa.

Son absence à la plénière a été jugée d'outrage à l'endroit de l'organe délibérant de la ville de Kinshasa par les élus provinciaux. Ainsi, un vote pour sa destitution a été soumis à la plénière pour obtenir sa déchéance, en qualité de ministre provincial de l'Intérieur, en charge de la sécurité, justice et affaires coutumières du gouvernement provincial. Ce, avec la recommandation de déposer sa lettre de démission dans les 24 heures qui suivent au Gouverneur de la ville Gentiny Ngobila Mbaka, avec ampliation au bureau de l'Assemblée provinciale de Kinshasa (APK).

A en croire le Président de l'organe délibérant, Godefroid Mpoy Kadima, le ministre Sam Leka avait saisi le bureau de l'APK, le lundi 7 juin 2021 à 10 heures par courrier, pour solliciter le rejet de la plénière. Et d'ajouter qu'il sera de retour dans la capitale le 18 juin 2021 pour se présenter devant les députés. Raison invoquée, a souligné l'honorable Président, il prenait le vol de 9 heures pour aller signer le contrat d'un projet de construction des logements sociaux, au bénéfice de la ville. Les députés ont critiqué l'objet de sa lettre et son contenu qui ne cadraient pas avec son interpellation. Ils se sont rendus compte que Sam Leka traitait les questions d'Etat avec une légèreté insupportable.

Il y a lieu de rappeler à l'opinion que l'ancien Vice-gouverneur Néron Mbungu Mbungu, visé en son temps par une interpellation, avait tenté de jouer au faux malade pour s'y échapper. Craignant, qu'il soit destitué par vote, il avait fini par répondre bon gré mal gré à l'interpellation. Son sort a été scellé.

Par ailleurs, le Directeur Général du Fonds National d'Assainissement de Kinshasa (FONAK), Muisa a été de nouveau à l'hémicycle pour répliquer, après les 72 heures, à la suite de la question orale avec débat lui adressée par le député Mike Mukebayi.

Après avoir présenté ses moyens de défense à la plénière, les conclusions du député, initiateur de la question orale avec débat, n'avaient pas convaincu la plénière, et ont été rejetées par la majorité. Se référant aux us et coutumes parlementaires, le député Isombe, a séance tenante, récupéré le dossier pour transformer cela en une interpellation. Il s'est engagé à suivre toutes les procédures y afférentes pour que cette fois-ci, le DG du Fonak Muisa puisse se présenter de nouveau en interpellation.

Plus de: Le Phare

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X