Afrique: La rivalité entre la France et la Russie se joue aussi dans le continent

Des troupes russes assurent la sécurité à Bangui, la capitale centrafricaine

La France veut conserver son influence politique, économique et diplomatique dans ses ex-colonies d'Afrique. La Russie, elle, joue la carte de l'hostilité à la politique française pour gagner des points.

La France a décidé de geler son aide budgétaire à la Centrafrique et de suspendre sa coopération militaire avec Bangui. Cette mesure est une réponse aux liens supposés du pouvoir centrafricain avec une campagne antifrançaise initiée par les Russes, d'après Paris. Cette décision illustre une fois de plus la rivalité croissante de la France et de la Russie en Afrique.

Le point sur les manifestations et les raisons de cette rivalité avec Louis Magloire Keumayou, journaliste et président du Club de l'information africaine.

"Il est clair qu'il y a une guerre, une guerre de communication entre la Russie et la France sur le continent. Est-ce que le fait de reconstituer la guerre froide et à diviser les pays, à leur apporter un mieux être par rapport à leurs études? Je n'en suis pas certain", dit Louis Magloire Keumayou, président du Club de l'information africaine. Il est aussi l'auteur, avec Jean-Paul Agboh Ahouélété, du livre "Togo - Une démocratie en construction", paru en 2020 chez Michel Lafon.

A La Une: Afrique

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X