Burkina Faso: Lutte contre la corruption - L'ASCE-LC peine à construire les bases de son fonctionnement

L'Autorité supérieure de contrôle d'Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) a tenu la première session ordinaire de son Conseil d'orientation (CO) de 2021 le mardi 8 juin. A cette occasion, elle a dressé le bilan de ses activités et procédé à l'installation de trois (3) nouveaux membres.

L'Autorité supérieure de contrôle d'Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) a été créée en 2015 et était présentée au niveau international comme un modèle achevé de structure de lutte contre la corruption dont devaient s'inspirer les pays parties prenantes à la Convention des Nations unies contre la corruption. «Mais force est de reconnaître que cette institution peine à construire les bases de son fonctionnement, donnant l'impression que les autorités actuelles, qui ne sont pas à l'origine de sa création, n'en veulent pas, en atteste le temps mis pour l'adoption des textes de base de son fonctionnement», a indiqué Dieudonné Yaméogo, président du conseil d'orientation de l'ASCE-LC.

Et de préciser que : «L'année 2020 a été pour notre conseil une année difficile à tous points de vue. Nos propositions pour la dynamisation de l'ASCE-LC n'ont pas reçu une oreille attentive. Le fonctionnement du conseil d'orientation a été chaotique du fait de l'absence du président. Toutes les sessions prévues par le règlement intérieur n'ont pu se tenir.

Le renouvellement des membres quittant le CO n'est pas encore effectif. La pandémie de la covid-19 n'a pas non plus arrangé les choses». Durant ses différentes sessions, le conseil d'orientation a examiné et adopté : son règlement intérieur, lequel fixe les règles du fonctionnement du CO, une dizaine de projets de décrets adoptés et qui ont été soumis à l'examen du Conseil des ministres depuis 2019. A ce sujet, après de multiples correspondances et échanges, deux projets ont été adoptés en septembre 2020, cinq projets en 2021, trois décrets ont été signés à date.

«Nous encourageons le contrôleur général d'Etat à poursuivre les actions en vue de la signature des décrets adoptés et de l'adoption des décrets encore en souffrance», a dit le président du CO. Et de poursuivre que : le CO a obtenu en 2019 des audiences avec le chef de l'Etat et son Premier ministre pour un plaidoyer en faveur de l'adoption des textes devant régir l'ASCE-LC. L'attention des plus hautes autorités a été attirée sur l'urgence pour l'ASCE-LC à être dotée des instruments juridiques pour son fonctionnement efficient.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X