Ethiopie: Conflit au Tigré - Adwa, une ville sinistrée ravagée par la guerre

En Éthiopie, le conflit continue dans la province du Tigré. Cette région du nord toujours en proie à la violence entre l'ancien pouvoir du TPLF d'un côté, l'armée fédérale, des soldats érythréens et des miliciens amharas de l'autre. Le conflit a fait des milliers de morts et entraîné également des dégâts considérables.

Les rues d'Adwa sont quasi désertes. Beaucoup de boutiques portent encore des traces de balles ou d'incendies et sont désormais fermées. Barakat est un chauffeur de 24 ans. Il accuse les militaires éthiopiens et érythréens.

« On reste chez soi car on a peur de croiser des soldats. Les usines, les entreprises et les hôpitaux ont été détruits. L'économie est à terre. Les gens ont faim et tout le monde attend une aide humanitaire qui n'arrive pas », déplore le jeune homme.

Les habitants qui n'ont pas fui font ce qu'ils peuvent pour survivre. Salam a 20 ans et vend du café dans les rues. « J'avais un café dans la ville voisine mais il a été pillé par les soldats. Je n'avais plus rien et j'avais peur de rester là-bas. Je suis donc venue à Adwa. Mais la vie est dure. Il n'y a plus de travail, plus de banques et on subit des pénuries », témoigne-t-il.

Les centres de santé de la région ont pour la plupart été détruits. Adwa comptait deux hôpitaux. L'un public a été attaqué et pillé. L'autre privé n'est pas accessible à tous. Les habitants comme Gebremariam, 78 ans, se retrouvent sans solution.

« Le centre de santé de mon village a été détruit. Ici, l'hôpital général est fermé. L'hôpital privé est trop cher. C'est une stratégie pour que la population souffre. Aujourd'hui, si je tombe malade, je vais mourir », explique le vieil homme.

Selon les experts, 70% des centres de santé du Tigré ont été pillés, 30% endommagés. Seuls 16% seraient fonctionnels.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X