Burkina Faso: Décès de Assimi Kouanda - La dépouille rapatriée à Ouagadougou

Le corps de l'ancien secrétaire exécutif du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Assimi Kouanda, est arrivé à Ouagadougou dans l'après-midi du 8 juin 2021, en provenance d'Abidjan en Côte d'Ivoire.

Le cercueil contenant le corps de Assimi Kouanda a été accueilli à Ouagadougou par ses proches et de nombreux camarades politiques.

Décédé le 1er juin dernier à Abidjan en Côte d'Ivoire, le corps de l'ancien président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Assimi Kouanda, a été rapatrié dans son Burkina natal. L'avion transportant la dépouille a atterri à 14h50mn à l'aéroport international de Ouagadougou, le lundi 8 juin 2021.

Proches parents, camarades politiques, collègues enseignants et figures du gotha politique burkinabè, toutes tendances confondues, sont venus accueillir, dans le recueillement, le corps de l'illustre disparu. Toutes inimitiés mises de côté, ils sont venus rendre hommage à un compatriote qui s'en est allé à l'âge de 65 ans. L'ancien Premier ministre, Kadré Désiré Ouédraogo, a confié que c'est avec « beaucoup de peine », qu'il est présent à l'aéroport pour s'incliner devant la dépouille d'un camarade politique.

« C'est une grande perte pour nous qui l'avons connu et côtoyé. Nous n'oublierons pas sa droiture et son dévouement pour le Burkina Faso. En de circonstances pareilles, il était normal que nous venions honorer sa mémoire », a déclaré M. Ouédraogo.

Le président de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), El hadj Oumarou Zoungrana, a salué la mémoire d'un « compatriote et frère en islam ». En ce moment précis, a-t-il indiqué, ce sont des prières qu'il formule pour le repos de son âme. « Notre présence était nécessaire ici. Nous prions Allah pour qu'il l'accueille dans son royaume », a-t-il souligné. Le Secrétaire général (SG) du CDP, Blaise Sawadogo, a déclaré avoir perdu « un ami, un frère et camarade politique ».

« Engagement au service des humbles »

« C'est un sentiment de tristesse qui nous étreint parce que nous avons perdu un être cher. C'est un frère, un ami et surtout un camarade avec qui nous avons traversé des moments difficiles et remporté des victoires aussi. Ensemble nous avons essayé de construire ce pays et nourri beaucoup d'espoir pour son avenir », a-t-il laissé entendre. Pour le SG du CDP, la mort de Assimi Kouanda marque « un début et une fin » et sonne comme une « détermination » à se battre pour ce en quoi l'on croit.

« Assimi Kouanda s'est toujours départi de la politique sans vertu, c'est un humaniste qui a toujours cru que la politique est un engagement au service des humbles et des minorités. C'est une interpellation à s'inspirer de son parcours et à œuvrer dans le sens de la réconciliation, parce que nous avons besoin de fédérer nos énergies pour construire le pays », a témoigné Blaise Sawadogo.

Le président de « Le Faso Autrement », Ablassé Ouédraogo, a dit être animé d'« une grande amertume », car le départ de M. Kouanda est une « grande » perte pour sa famille et pour le peuple burkinabè. « J'ai eu la chance de le connaître quand j'étais ministre des Affaires étrangères.

Des personnalités politiques et religieuses étaient présentes pour accueillir la dépouille de l'illustre disparu.

On venait de le nommer ambassadeur du Burkina Faso à Rabat au Maroc. J'ai vu tous les efforts qu'il a menés pour rendre la coopération Maroco-burkinabè effective. C'était un homme très affable, humble et travailleur. Il est mort par

chagrin et amertume, à mon avis », a-t-il soutenu. C'est en octobre 2014 à la suite de l'insurrection populaire que Assimi Kouanda s'était exilé en Côte d'Ivoire, avec Blaise Compaoré et bien d'autres personnalités du régime déchu. Depuis lors, il n'avait plus mis pied au Burkina Faso. Enseignant-chercheur à l'université de Ouagadougou et spécialiste des questions islamiques, Assimi Kouanda a été aussi le directeur de cabinet du président Compaoré. Des hommages lui seront rendus dans la matinée du vendredi 11 juin prochain à l'Université Joseph-Ki-Zerbo et au siège du CDP, suivis de son inhumation après la prière, à domicile, selon les dernières informations.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X