Gabon: Woleu-ntem - He Abourou apporte une solution de plus aux populations du canton Kyé.

Profitant de la visite d'inspection du ministre d'Etat, ministre de l'Energie et de l'Eau, Alain Claude BILLIE By NZE, le weekend écoulé dans le département du Ntem et la commune Oyem, province du Woleu-ntem, l'honorable Rodrigue Abourou Otogo, député du canton Kye a sollicité de la part du ministre l'extension de l'électricité et l'adduction d'eau dans cette partie du département.

En séjour dans la province du Woleu-ntem, dans le cadre d'une mission d'inspection et de lancement des chantiers dans le département du Ntem, le ministre d'Etat Alain Claude Billie bi Nze s'est informé des besoins en matière d'énergie électrique et d'accès à l'eau potable des populations.

Soucieux du bien-être de sa population, le député du canton Kye Rodrigue Abourou Otogo a saisi cette occasion pour inviter le ministre à visiter son fief politique ou un besoin en extension électrique et en adduction d'eau est plus que nécessaire sur cette zone frontalière.

Le député a expliqué au ministre l'importance de l'accroissement électrique dans cette zone, partant du village Zogone qui est une connexion de plusieurs axes routiers du canton Kye. A partir du village Zogone il est possible s'il y a déjà une connexion électrique entre Oyem et Assock Mezeng que, la population de l'autre axe, c'est-à-dire, à partir de Melen Dakar jusqu' au pont YEMBI puissent en bénéficier.

L'élu du peuple a voulu également rappeler au ministre que cette zone est une zone rurale et que le problème de l'hydraulique villageoise se pose. Le canton Kye est composé de 54 villages et 13 regroupements. Tous ces villages sont en zone rurale avec une forte population quinquagénaire. Malheureusement, les pompes hydrauliques qui sont en ce moment dans ses villages datent d'une quarantaine d'années.

Le ministre d'Etat qui était accompagné du Directeur général des ressources hydrauliques et le Directeur général du Conseil national de l'eau et l'électricité, a tout simplement instruit ses derniers à faire ce qu'il y a à faire le plus vite. « Je ne suis pas un homme qui fait des promesses, en général quand je dis que je fais, je fais, et si je ne peux pas, personne ne va me tuer parce que j'ai dit que je ne peux pas » a-t-il rassuré. En juillet prochain, les travaux les plus urgents démarreront avec les sociétés adjudicataire.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X