Cameroun: Titres de voyage - Un nouveau passeport dès juillet

Annonce faite hier à Yaoundé au cours d'un point de presse par le secrétaire général de la Délégation générale à la Sûreté nationale, Dominique Baya.

C'est officiel. Dès le 1er juillet prochain, le Cameroun sera doté d'un nouveau système de production des passeports biométriques. Annonce faite hier à Yaoundé au cours d'un point de presse par le secrétaire général de la Délégation générale à la Sûreté nationale (DGSN), Dominique Baya. Le contrat signé le 17 septembre dernier entre la DGSN et le consortium allemand INCM-AUGENTIC pour la mise en place de ce nouveau système va enfin prendre corps. En effet, comme l'a souligné le secrétaire général, la mise en place dudit système était prévue pour la fin du mois de mars 2021.

Mais en raison du « ralentissement des activités économiques et industrielles du fait de la pandémie du Covid-19 qui a entraîné la livraison tardive des équipements d'enrôlement de production, ainsi que certains matériels indispensables pour les travaux de finition du nouveau centre de production », cette échéance n'a pas été respectée. A travers le contrat « Bot » (Build-Operate-Transfert) signé entre les deux parties, la société allemande s'était engagée à investir dans cette nouvelle solution sur 10 ans, avant de la transférer au Cameroun.

Spécificité du nouveau passeport

Plusieurs innovations à travers de nouvelles fonctionnalités développées par le prestataire, permettront de moderniser davantage et de sécuriser les nouveaux passeports camerounais ainsi que toute la chaîne de production. Il s'agit, entre autres, de la production des passeports avec la page de données en polycarbonate qui est la technologie la plus récente en matière de document de voyage ; la personnalisation des images à travers la gravure au laser, la reconfiguration de divers aspects liés au design des passeports, l'intégration de nouveaux éléments de sécurité conformes aux normes internationales en vigueur et la possibilité d'interfacer le nouveau système avec d'autres applications informatiques de l'Etat.

Procédure d'enrôlement

Une première phase appelée pré-enrôlement existe. A partir de son téléphone androïde ou dans un cybercafé, le demandeur du passeport ouvre un dossier en ligne à travers le site Internet de la DGSN dédiée à cet effet. Le demandeur procèdera également par un paiement électronique via Mobile Money ou par carte de crédit, des frais de délivrance du passeport qui s'élèvent désormais à 110 000F et à la prise de rendez-vous en ligne pour l'enrôlement proprement dit. Cette phase par contre, a rappelé le secrétaire général, impose la présence physique du demandeur du passeport.

Production et retrait du passeport

Toute demande ne faisant pas l'objet d'un rejet sera traitée et le document y relatif produit en 48 heures après l'enrôlement. En cas de rejet, un mail et un sms précisant le motif et la conduite à tenir seront envoyés instantanément au demandeur aux adresses électroniques et numéro de téléphone renseignés pendant le pré-enrôlement. Le SG a précisé que les machines de personnalisation de ce nouveau système ont une capacité de production journalière de 1500 passeports en production normale et 2200 passeports en production optimale. Une fois le passeport prêt, un mail et un sms sont automatiquement envoyés au demandeur pour lui signifier de la disponibilité de son passeport en vue de son retrait.

Etat d'avancement du projet

Dans son propos introductif, le secrétaire général a rassuré sur l'état d'avancement des travaux de construction du nouveau centre de production à Yaoundé et sur la disponibilité de matière première, entre autres. Les spécimens des nouveaux passeports ont été conçus et validés, une importante quantité des carnets vierges des trois types de passeports est déjà disponible. Tous les équipements nécessaires au fonctionnement du système informatique ont été livrés. Bien plus, de nouveaux commissariats à l'émi-immigration sont en construction à Douala et à Garoua, tandis que les autres sont en train d'être rénovés... Au regard de l'effectivité de tous ces éléments, le SG a annoncé le début des enrôlements pour le 1er juillet 2021 dans tous les commissariats à l'émi-immigration ainsi que dans les représentations diplomatiques du Cameroun.

L'investissement du consortium allemand

Le consortium INCM-AUGENTIC, compte financer l'ensemble du projet en construisant et en équipant les bâtiments. Il compte également aménager les centres d'enrôlement, déployer le nouveau système sur l'ensemble des sites nationaux et dans les différentes représentations diplomatiques du Cameroun à travers le monde. Il va contribuer à la formation du personnel de la DGSN, à la gestion du système, et au renouvèlement de l'ensemble du matériel et équipements jusqu'à la neuvième année d'exploitation, avant le transfert du système à l'Etat du Cameroun.

Dans la perspective de la mise en service du nouveau système de délivrance des passeports biométriques du Cameroun, Dominique Baya a précisé que les commissariats à l'émi-émigration devront arrêter les enrôlements le 23 juin 2021, tandis que leur arrêt est prévu le 15 juin 2021 dans les représentations diplomatiques, compte tenu des délais d'acheminement des dossiers reçus et de leur traitement dans l'actuel système

Plus de: Cameroon Tribune

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X