Nigeria: Terrorisme - Suicide du chef de Boko Haram Abubakar Shekau

L'information a été donnée par un groupe djihadiste rival. Abubakar Shekau se serait suicidé lors d'un combat contre un groupe rival.

A en croire un enregistrement audio, Abubakar Shekau Shekau a préféré l'humiliation dans l'au-delà à l'humiliation sur terre. Il s'est donné la mort en déclenchant un explosif », déclare en langue kanuri le chef de l'Iswap, Abu Musab Al-Barnawi, dans cet enregistrement remis. Boko Haram n'a ni confirmé, infirmé la mort de son chef. L'armée nigériane mène une enquête. Dans l'enregistrement, Iswap décrit comment ses troupes, envoyées dans la forêt de Sambisa, dans l'enclave de Boko Haram, ont trouvé Abubakar Shekau et ont engagé le combat.

Abubakar Shekau se serait échappé, et aurait erré à travers la brousse pendant cinq jours. « Néanmoins, les combattants (de l'Iswap) ont continué à le chercher et à le traquer jusqu'à ce qu'ils soient capables de le localiser. Après l'avoir débusqué dans la brousse, ils l'ont sommé, lui et ses partisans, de se repentir, mais Shekau a refusé et s'est donné la mort », raconte la voix. « Nous sommes tellement heureux. Abubakar Shekau s'est rendu coupable d'un terrorisme et d'atrocités inimaginables », poursuit la voix.

Reconnu par l'État islamique, l'Iswap est né en 2016 d'une scission avec Boko Haram. Il reprocherait notamment des meurtres de civils musulmans. Il est devenu le groupe djihadiste dominant dans le nord-est du Nigeria, multipliant les attaques contre l'armée nigériane. La montée en puissance de l'Iswap est sur le point d'absorber Boko Haram et de prendre possession de ses anciens territoires, s'inquiètent les analystes.

Car « si l'Iswap convainc les forces de Shekau de le rejoindre, il contrôlera la majorité des forces ennemies et sera en outre présent dans l'essentiel des zones échappant au contrôle gouvernemental dans le Nord-Est », note Peccavi Consulting, une société d'évaluation du risque spécialiste de l'Afrique. Même si ce groupe devrait convaincre ou combattre d'autres factions de Boko Haram loyales à Abubakar Shekau. Cette hostilité entre les deux groupes pourraient profiter à l'armée nigériane.

Depuis 2019, l'armée nigériane s'est retirée des villages et bases de petite importance, pour se retrancher dans des « supercamps », une stratégie critiquée. Elle permet aux djihadistes de se déplacer sans entraves dans les zones rurales. Après sa prise de contrôle de la forêt de Sambisa, fief d'Abubakar Shekau, l'Iswap a envoyé des messages de bienvenus dans son « califat » aux habitants de la région du lac Tchad, aux confins du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X