Burkina Faso: Réalisation d'infrastructure sanitaire dans le Nahouri - Histoire du CSPS de Boli

Boli, dans la commune de Guiaro, une localité située à une quarantaine de kilomètres de Pô, province du Nahouri a un nouveau Centre de santé et de promotion sociale (CSPS). L'inauguration de ce joyau a eu lieu le samedi 5 juin 2021. Récit de la réalisation de l'infrastructure.

Comme à la célébration du baptême d'un bébé, il y a avait du beau monde à la cérémonie d'inauguration du CSPS de Boli. Ce centre de santé a vu le jour grâce au programme de santé du gouvernement et à la détermination des fils et filles de la localité. Un des fils de Boli, Ouézen Louis Oulon, directeur général de la radio Oméga revient sur la genèse de la réalisation de l'infrastructure.

Lors d'une visite à ses parents au village, Louis Oulon tombera sur une scène qui lui donnera des pincements au cœur. Sa cousine a commencé à perdre les eaux à 18h. Le travail a duré jusqu'au lendemain à 8h. C'est finalement à domicile qu'elle accouchera. Ayant suivi cette scène impuissamment, le cousin n'est pas resté indifférent quand il est reparti à Ouagadougou.

A son retour, il est allé voir le ministre de la Santé d'alors, Alain Yoda. Il lui a dit qu'il veut un centre de santé pour son village. Lisant trop de sérieux sur le visage de son interlocuteur, le ministre a détendu l'atmosphère avec la parenté à plaisanterie (Gourounsi et Bissa) en lançant cette phrase : « Oulon, tu crois que les CSPS se partagent comme des arachides ? Il faut m'envoyer une correspondance ». Dès que le journaliste est sorti du bureau du premier responsable du département de la Santé, il a rédigé la correspondance. Malheureusement, la demande n'a pas abouti. Mais cela n'a pas suffi pour désarmer l'enfant de Boli qui croyait dur comme fer qu'il a quelque chose « à prendre avec l'Etat ».

Il a commencé, comme on le dit chez les sportifs, à faire un marquage serré à tous les ministres de la Santé afin d'atteindre son objectif. C'est ainsi qu'en 2012 le projet a commencé à prendre forme petit à petit, non sans connaître d'interruption. « L'entrepreneur qui avait la charge du chantier a déserté à un moment donné. Il fallait encore une longue procédure pour faire le point de ce qui a été fait, engager un nouveau marché et transférer des ressources au maire de la commune de Guiaro pour achever ce CSPS », a confié Prosper Tapsoba parrain de la cérémonie.

Aujourd'hui, toutes ces difficultés relèvent du passé. Le CSPS de Boli qui comprend, entre autres, un dispensaire, une maternité, des latrines, un logement de fonction, un incinérateur et une fontaine a été inauguré sous le patronage du ministre des Ressources animales, Modeste Yerbanga. Ce dernier a salué les efforts du gouvernement dans la réalisation d'infrastructures sanitaires au profit des populations. « Ce CSPS va faciliter l'implémentation du programme du président du Faso qui consacre la gratuité des soins des enfants de 0 à 5 ans, et des femmes enceintes. A travers la vaccination, les consultations et la sensibilisation, ce CSPS apportera du sourire à tous les patients », a affirmé le promotionnaire de Louis Oulon au lycée provincial de Manga.

Ce fut l'occasion pour lui d'encourager les autorités communales et les agents de santé à veiller à la propreté des locaux afin d'offrir aux patients un cadre hygiénique et un accueil chaleureux.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X